Au total, 104 086 broutards ont été exportés en septembre 2021. « Les exportations de bovins maigres sont en retrait de 3,0 % par rapport à l’an dernier », calcule Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note d’Infos rapides publiée le 26 novembre 2021.

> À lire aussi : Les exportations de broutards ont rebondi en août (29/10/2021)

À cette période, les exportations transalpines de broutards se replient de 3,9 % par rapport à septembre 2020. « La demande italienne se porte sur des animaux plus légers au détriment des bovins mâles de plus de 300 kg dont les ventes sont inférieures de 10,8 % à leur niveau de l’an dernier », explique Agreste.

Les ventes vers l’Espagne dégringolent

En septembre, les ventes vers l’Espagne chutent de 30,3 % sur un an et de 44,1 % par rapport à septembre 2019. « Ce repli concerne les broutards légers de moins de 160 kg », précise Agreste.

D’après la note de conjoncture de l’Institut de l’élevage, le marché a été fortement perturbé par les changements des conditions de mouvements vis-à-vis de la vaccination contre la FCO. En effet, depuis le 1er septembre 2021, les animaux âgés de plus de 70 jours doivent être vaccinés contre les sérotypes 4 et 8 depuis plus de dix jours après la deuxième injection pour être acceptés en Espagne.

En parallèle, face à la forte hausse des coûts alimentaires en Europe, « les engraisseurs espagnols minimisent leur mobilisation initiale de trésorerie en se tournant vers le veau nourrisson, au détriment du broutard léger, plus cher à l’achat ».

Du côté des pays tiers, après des envois estivaux limités pour éviter l’exposition des animaux aux fortes chaleurs, « les envois vers l’Algérie repartent » en septembre, relève Agreste.

> Pour davantage d’informations, lire : Fièvre catarrhale ovine, les modalités d’échanges intra-européens de ruminants sont mises à jour (27/07/2021)

Lucie Pouchard