« Imposer des caméras reviendrait à dire que les femmes et les hommes qui œuvrent dans les entreprises françaises des viandes ne font pas, ou mal, leur travail », estiment les organisations syndicales et professionnelles représentant 45 000 professionnels de la viande en France (1), dans une tribune du 24 janvier 2019. Bien qu’un peu tardive, cette réponse aux déclarations de Carrefour en faveur des caméras de...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !