« Depuis des années, la politique de Générations Futures n’a pas changé : faire croire que la présence d’un ou plusieurs résidus de pesticides dans l’alimentation, dans l’air ambiant ou dans une habitation représente un risque majeur pour la santé humaine, [oubliant] sciemment la différence danger/risque », dénonce le collectif Sauvons les fruits et légumes de France dans un communiqué diffusé le 25 novembre 2021.

Objet de la discorde : les résultats d’une étude menée par Générations Futures et le laboratoire Yoo Test, publiés ce même jour. Selon l’association environnementale, les conclusions du rapport confirment que les zones de non-traitement (ZNT) actuellement instaurées sont insuffisantes, et qu’elles devraient être relevées à un minimum de 100 mètres.

À lire aussi sur DecodAgri : Les zones de non-traitement sont-elles insuffisantes pour protéger les riverains ?

Les quantités sont infimes

Le collectif rappelle que des quantités infimes de produits phytosanitaires peuvent être détectées, sans représenter un risque pour la santé humaine. « C’est justement la fonction des autorités sanitaires de déterminer à partir de quels seuils ce risque peut apparaître. » Des seuils non mentionnés par Générations Futures, précise-t-il.

Le collectif dénonce également, en analysant le rapport « d’un peu plus près », l’utilisation d’unités trompeuses, donnant une impression de concentrations alarmantes en résidus. « De même, les tableaux communiqués par Générations Futures montrent dans beaucoup de cas l’absence de quantification des pesticides », ceux-ci étant détectés en quantités trop infimes pour être quantifiées.

Un calendrier bien choisi

Cette publication intervient alors que le gouvernement doit revoir certains points de sa réglementation sur les ZNT, comme le lui a imposé le Conseil d’État en juillet 2021. Pour le collectif, l’objectif de Générations Futures est clair : « mettre la pression sur le gouvernement […] et imposer sa vision caricaturale de l’agriculture. »

À lire aussi : Réglementation, Mise à jour de la liste des phytos avec une ZNT riverains de 20 mètres (30/08/2021)

« Ne pas cultiver sur des bandes de 100 m, c’est se priver de millions d’hectares de cultures, et accroître notre dépendance alimentaire. En bref, mettre fin à la ferme France ! », conclut le collectif.

Raphaëlle Borget