Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les six propositions de la filière des oléoprotéagineux

réservé aux abonnés

Protéines végétales - Les six propositions de la filière des oléoprotéagineux
La filière des oléoprotéagineux a présenté ses six propositions pour atteindre la souveraineté protéique européenne © J. Papin

À l’aube de la présidence française du Conseil de l’Union européenne et de la campagne présidentielle de 2022, la filière des oléoprotéagineux expose ses propositions pour développer la production européenne de protéines végétales et atteindre les objectifs de souveraineté.

La recherche et l’innovation variétales sont au cœur des enjeux de la filière des oléoprotéagineux, estime Gilles Robillard, président de Terres Inovia, lors d’une conférence de presse le 23 novembre 2021 à Paris : « Le changement climatique se ressent sur certains territoires, avec des problèmes de mise en culture. À cela s’ajoute la volonté de diminuer les intrants : les solutions sont dans l’innovation variétale. On doit donner les moyens aux sélectionneurs d’y accéder. »

> À lire aussi : Plan de relance : les trois axes du plan protéines (03/09/2020)

Conserver les moyens de production

« Nous devons permettre à nos agriculteurs de conserver leur moyen de production ou d’avoir des alternatives crédibles avant de les supprimer », insiste Gilles Robillard. Selon lui, le retrait des VTH (variétés tolérantes aux herbicides) mettrait en péril 30 % de la surface de tournesol en France.

L’accès à l’eau est un autre sujet important. « Aujourd’hui, on a les moyens de gérer l’eau, grâce à des outils d’aide à la décision. Les agriculteurs ont besoin d’y avoir accès pour continuer à produire de la protéine qui devra sinon être importée », déplore-t-il.

Le retrait du phosmet menace 300 000 ha de colza

Le retrait du phosmet devrait être adopté en décembre 2021 ou janvier 2022. À ce jour, cet insecticide d’automne reste sans alternative. « Nous avons conscience que son profil toxicologique n’est pas bon. Le problème réside dans le délai d’interdiction, qu’on ne connaît pas encore », explique Arnaud Rousseau, président de la Fop, la Fédération des producteurs d’oléagineux et de protéagineux.

> À lire aussi : Le phosmet « indispensable » à la culture du colza (22/12/2020)

La filière espère que le phosmet sera autorisé pour les emblavements à l’automne 2022, au risque de voir disparaître 30 % des surfaces de colza en France. « Nous travaillons à l’homologation du cyantraniliprole, un produit alternatif autorisé dans d’autres États membres, mais nous ne sommes pas sûrs de l’obtenir avant les semis, ajoute Arnaud Rousseau. Les agriculteurs ont besoin de savoir qu’ils ont des solutions avant de décider leur assolement. »

Selon le président de la Fop, une dérogation de 120 jours pour le cyantraniliprole sera demandée en cas d’attaques avérées.

Ouvrir de nouveaux débouchés

Biomatériaux, chimie verte, biocarburants, protéochimie… « Notre filière est un acteur majeur de la bioéconomie décarbonée », souligne Antoine Henrion, président de Terres Univia.

La filière met en avant une « écologie productive et compétitive ». Les intercultures en sont un exemple. « Elles apportent de la valeur économique et agronomique, indique Antoine Henrion. Les intercultures qui produisent de la biomasse pourraient être intégrées dans les facteurs d’amélioration du bilan de gaz à effet de serre. »

« Il faut développer les filières les plus locales et durables possibles, comme le soja non-OGM en France, insiste Jean-Philippe Puig, directeur général d’Avril. Pour cela, il faut des outils qui permettent de la transformer. »

Justine Papin

Que faire « pour une filière oléoprotéagineuse forte en Europe » ?

Donner aux filières oléoprotéagineuses une place stratégique sur le long terme (faire cesser la surtransposition, clauses miroirs...)Reconquérir la souveraineté protéique (porter un plan protéines ambitieux au niveau européen...)Amplifier les efforts de recherche agronomique et accompagner le déploiement des innovations dans les exploitations pour mener les transitionsAssurer aux agriculteurs un accès aux moyens de production pour qu’ils bénéficient de pratiques alternatives fiables et compétitives à court termeSécuriser le revenu des producteurs pour mener les efforts de transition dans le contexte du changement climatiqueOuvrir de nouveaux débouchés aux énergies renouvelables issues de la biomasse agricole pour décarboner l’économie européenne

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !