Les protéines n’ont pas été oubliées dans le plan de relance présenté par le gouvernement le 3 septembre 2020 (100 milliards d’euros sur 2 ans), et destiné à soutenir l’économie française affaiblie par la crise sanitaire du coronavirus.

Le volet agricole du plan de relance a été présenté au début de l’après-midi par Barbara Pompili aux côtés de Jean Castex. Et le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a détaillé un peu plus tard les détails de ce volet et notamment la mise en place d’un plan protéines.

100 millions d’euros et des crédits du PIA (programme d’investissements d’avenir) seront alloués à ce plan protéines afin de financer la recherche et le développement. L’objectif est de diminuer « fortement l’importation des protéines destinées à l’élevage ». Il est articulé autour de 3 axes :

  • Diminuer la dépendance aux importations soja brésilien : « Nous avons engagé un travail avec les interprofessions sur la structuration des filières », a précisé Julien Denormandie ;
  • Renforcer les productions de protéines à destination des éleveurs ;
  • Renforcer les filières de production de protéines végétales à destination de l’alimentation humaine.
Marie-Astrid Batut