Depuis le début du confinement à cause du coronavirus, le couple d’horticulteurs a tout au plus vendu 2 % des volumes habituels. « La situation est minable », résume Mickaël, qui s’est résolu à jeter sa production de tulipes et de renoncules. Dans les serres (5 000 m²), attendent aussi des roses et des alstroemeres. « Elles sont magnifiques mais on n’a pas la vente ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !