L’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) avait dénoncé une campagne de publicité du Synadis Bio (1) diffusée au cinéma et sur internet en novembre 2019 (voir la vidéo ci-dessous), l’estimant « contre-productive et dénigrante ». Saisi par Interfel le 13 janvier 2020, le Jury de déontologie publicitaire (JDP) a estimé le 4 mai 2020 que « le ressort de cette mise en scène est entièrement fondé sur le dénigrement des filières de commercialisation des produits de l’agriculture biologique autres que celles adhérentes du syndicat à l’origine de cette publicité, […] et plus particulièrement le dénigrement des circuits de la grande distribution ».

« Caricaturer certaines pratiques »

Le JDP signale dans son avis que le Synadis Bio avait notamment fait valoir que sa campagne « n’a aucunement pour objet de dénigrer la filière des fruits et légumes frais (mais) de caricaturer certaines pratiques contre lesquelles le Synadis estime être en droit de s’élever, afin de préserver les valeurs communes à ses adhérents […] ». Le président du syndicat avait indiqué que la campagne a été « conçue comme une campagne d’opinion ».

Dans un communiqué, l’interprofession souligne qu’elle « œuvre pour soutenir le développement de la consommation de fruits et légumes frais » sans opposer « ni les types de production, ni les origines, ni les circuits de distribution ». « De plus, Interfel valorise également les produits issus de l’agriculture biologique à travers ses actions de communication et d’information », conclut-elle.

> À lire aussi sur DecodAgri : «Oui, l’agriculture biologique utilise des pesticides»

H. Parisot

(1) Syndicat des distributeurs bio (Biocoop, Biomonde, La vie claire, L’eau vive, Naturalia, Naturéo).