Le bulletin mensuel de l’état des cultures de la Commission européenne publié le 19 décembre 2016 annonce un retard du processus d’endurcissement dans certaines régions productrices de céréales d’hiver. Ce processus physiologique, qui correspond à la transformation du fructose cellulaire en glucose, augmente la tolérance des plantes aux basses températures et diminue ainsi le risque de gel.

« Nos modèles de simulation indiquent une faible tolérance au gel dans la majeure partie de l’UE (Union européenne), à l’exception de certaines parties de la Finlande, de la Suède et des États baltes, où les cultures d’hiver sont dans un état d’endurcissement partiel ou avancé », précise le bulletin. Dans une vaste zone du Nord, y compris dans les régions de la mer Baltique et de la mer Noire, l’endurcissement a pris du retard et n’a commencé que dans la première quinzaine de novembre.

Une situation délicate

« La situation actuelle est délicate, car une intrusion d’air froid pourrait causer des dommages », ajoute la Commission européenne. Compte tenu des dernières prévisions météorologiques, l’augmentation de l’endurcissement est probable en Europe centrale et orientale.

Après le 21 décembre, une importante intrusion d’air froid est attendue (avec des températures minimales quotidiennes atteignant –20 °C) dans la moitié est de l’Europe. « On prévoit des dégâts de gel pour les pays baltes, l’est de la Pologne, l’ouest de la Biélorussie, l’est de la Roumanie, la Moldavie, quelques points de Bulgarie ainsi que dans l’ouest et le sud de l’Ukraine », conclut le bulletin.

C.L.J.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les cours du blé stables sur Euronext, en attendant la suite des moissons

Le blé était proche de l’équilibre ce 6 juillet 2020 à la mi-journée sur le marché européen, dans l’attente de la suite des moissons qui s’annoncent peu abondantes.