Situé à proximité du littoral, le territoire de Dinan Agglomération (soixante-quatre communes), dans les Côtes-d’Armor, est attractif. Mais ici comme ailleurs en France, la moitié des chefs d’exploitation partiront à la retraite dans dix ans. « Auparavant, c’est l’accès au foncier qui posait problème. On va désormais manquer de porteurs de projets », s’inquiète Patrice Gautier, vice-président de la collectivité.

Presque la moitié des agriculteurs est dans l’inconnu

Dinan Agglomération a lancé un travail sur la transmission des fermes et l’installation. À sa demande, la chambre régionale d’Agriculture a réalisé une enquête, en octobre 2020, auprès de trois cent vingt-six agriculteurs de plus de cinquante-sept ans, par mail et par courrier. L’objectif était de connaître le contexte local pour mieux analyser les besoins et les freins. Elle a reçu cent réponses en retour.

« À la question du devenir de l’exploitation, 45 % des agriculteurs sont dans l’inconnu, alors que pour certains, l’âge de la retraite approche à grand pas, souligne Marie-Isabelle Le Bars, responsable installation à la chambre régionale d’Agriculture. Et pourtant, sur ce sujet, l’anticipation est de mise. »

> À lire aussi : notre hors-série sur la transmission

Casser les idées reçues

Habitation, foncier, motivation professionnelle, isolement… L’enquête a permis d’identifier quelques freins. Le but est aussi de casser les idées reçues. Un quart des enquêtés considèrent que leur ferme est vouée à l’agrandissement. « Toute exploitation peut être reprise. De nombreux porteurs de projets sont à la recherche de petites fermes, voire de quelques hectares de foncier avec des projets de création », insiste la conseillère.

Philippe Grosset a pris conscience

À soixante ans, Philippe Grosset, éleveur laitier à Évran, à la tête d’un troupeau de cinquante vaches sur 80 hectares, n’était pas prêt. « Le questionnaire m’a amené à me poser des questions », admet-il. Il a entrepris des démarches et est en contact avec de potentiels repreneurs.

« Les futurs cédants ne viennent pas spontanément vers les structures. Il faut des démarches proactives pour leur faire découvrir les outils de mise en relation avec des repreneurs : répertoire départ installation (RDI), stage de parrainage…», confirme Thierry Houël, élu à la chambre sur le territoire de Dinan.

Isabelle Lejas