La secrétaire générale de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), Rebeca Grynspan, et le chef de l'agence humanitaire de l'ONU, Martin Griffiths, ont retrouvé le vice-ministre des Affaires étrangères Sergey Vershinin au Palais des Nations, le siège de l'ONU à Genève, a indiqué une porte-parole de l'organisation internationale ce 11 novembre 2022.

Rendez-vous à haut niveau

Les médias n'avaient aucun accès à la réunion et aucun point avec la presse n'était prévu à la mi-journée. Le principe de ces exportations russes avait été adopté le 22 juillet dernier en Turquie en même temps que l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, qui arrive à expiration le 19 novembre 2022.

Le mécanisme de contrôle pluripartite mis en place a permis depuis d'exporter 10,2 millions de tonnes de céréales et produits alimentaires de l'Ukraine, de faire baisser les prix sur le marché mondial et de fournir certains pays, qui ont un besoin urgent de nourrir des populations affamées.

Moscou se plaint

En revanche, le volet sur les exportations russes est resté plus ou moins lettre morte, au grand dam de Moscou, qui y voit deux poids deux mesures. Les sanctions économiques qui frappent la Russie, depuis son invasion de l'Ukraine, épargnent engrais et céréales.

Seulement, la crainte de franchir accidentellement une ligne rouge et de se retrouver du mauvais côté de la loi paralyse les transporteurs et fait exploser les primes d'assurance.

À quelques jours de l'échéance, la Russie n'a pas encore indiqué si elle allait proroger l'accord du 22 juillet sur les exportations ukrainiennes, jugé crucial par la communauté internationale pour résorber une grave crise alimentaire.

Au début de novembre, Rebeca Grynspan avait évoqué des progrès dans les discussions avec l'Union européenne, les États-Unis et le Royaume-Uni - les principaux alliés de l'Ukraine — pour lever les obstacles. Elle avait aussi insisté sur le fait qu'il s'agissait "d'un problème difficile, un écosystème complexe".

Les exportations ukrainiennes dans la balance

La perspective d'un non-renouvellement du volet ukrainien des accords du 22 juillet inquiète. "La situation pourrait être vraiment compliquée et les implications très sérieuses, a prévenu Boubaker Ben-Belhassen, directeur de la FAO , l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, ce vendredi. À court terme, les prix remonteraient certainement en particulier pour le blé, le maïs et l'huile de tournesol."