Après l’apparition de nouveaux cas de peste porcine africaine (PPA) dans le nord de l’Italie, la DGAL (1) a actualisé, dans une instruction publiée le 30 septembre 2022, les niveaux de surveillance de la peste porcine africaine et de la peste porcine classique dans la faune sauvage.

La situation s’améliore en Allemagne et en Belgique

Depuis la découverte d’un foyer de PPA en Allemagne, le 25 mai 2022, dans un élevage de porcs en plein air dans le Bade-Wurtemberg, à environ 6 km de la frontière franco-allemande, la situation épidémiologique dans cette région s’est améliorée.

En effet, toutes les mesures de lutte ont été levées dans le Bade-Wurtemberg depuis le 25 août dernier.

En Belgique, redevenue indemne de la maladie au 1er octobre 2020, la situation reste favorable.

Une surveillance renforcée dans le sud-est de la France

Du côté français, les conditions épidémiologiques en Italie justifient la mise en place d’une surveillance renforcée en Région Paca et en Corse.

Les départements concernés sont les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud mais aussi les départements de Mayotte et de La Réunion.

Pour ces départements, une surveillance de « niveau 2B », spécifique aux zones limitrophes d’une zone infectée » y sera appliquée.

« Le 20 janvier 2022, le niveau de surveillance SAGIR (2) avait été élevé dans la Région Paca à la suite de la découverte de sangliers sauvages infectés par la peste porcine africaine en Italie du Nord, le 7 janvier 2022 », explique la DGAL.

Avec la progression du virus en Italie, le cas de PPA dans la faune sauvage le plus proche de la frontière franco-italienne étant à 76 km au 1er septembre 2022, le niveau de surveillance 2B est donc maintenu en Région Paca.

Malgré sa proximité avec les pays où le virus circule, la France reste pour l’instant indemne de la maladie.

(1) Direction générale de l'alimentation.

(2) Réseau de surveillance des maladies infectieuses des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres.