Depuis quatre ans, Amazon, géant de la vente en ligne, s'engouffre dans le marché des produits locaux. Créée en 2018, sa Boutique des Producteurs recense plus de 10 000 produits à la vente issus de 400 producteurs français. La renommée d’Amazon donne de la visibilité aux produits locaux de qualité, expliquent les responsables de la marque. Sa performance logistique et la rapidité de livraison peuvent séduire les consommateurs. Il est même possible de commander des produits frais sur le site : les producteurs se chargent alors des envois en Chronofresh.

7 à 15% de commission

Se faire connaître, en profitant de la vitrine du plus gros site de commerce en ligne et s’affranchir de la logistique : c’est ce qui a décidé Sarah Kanj à lancer sa marque d'épices en janvier 2021, en pleine période de Covid. La jeune trentenaire d'origine libanaise propose du « zaatar », mélange d’herbes et d’épices, qu'elle concocte dans sa cuisine. Même si elle n'a que deux produits à vendre, Amazon lui donne sa chance. « Au démarrage, tout l’administratif était fastidieux », reconnaît-elle. Mais le jeu en vaut largement la chandelle : en un an et demi, ses ventes grimpent en flèche, en France et en Europe. De quoi créer son atelier à Strasbourg, et embaucher trois personnes. Sarah apprécie qu'Amazon l'affranchisse de la logistique : « Quand je dois moi-même faire les commandes, étiqueter, poster les colis, je perds du temps et ça me revient plus cher qu’Amazon ». Et surtout, la livraison est garantie en 24 h, ce qu'apprécient les clients pressés. Pour travailler avec Amazon, le vendeur doit s'abonner (39 € par mois), et paiera une commission de 7 à 15 % selon le produit et des coûts de livraison - fortement réduits grâce aux économies d’échelle.