Dès qu’un animal semble incommodé et se tient à l’écart du troupeau, une vérification de son état de santé s’impose.

Dans le cadre du programme Inn’Ovin, la Maison régionale de l’élevage de Provence-Alpes-Côte d’Azur décrit huit gestes clés pour ausculter ses brebis, béliers et agneaux.

1. Prendre la température

Isolez l’animal, enclenchez le thermomètre et introduisez-le dans le rectum, en le plaquant sur le haut. La température normale d’une brebis ou d’un bélier est comprise entre 38,5 et 40 °C, celle d’un agneau entre 39 et 40 °C. Au-dessus, c’est signe d’une infection.

Toutefois, en période chaude ou de stress elle peut être plus élevée. Pour vérifier l’absence de problème, comparez en prenant la température d’une autre brebis dans le troupeau.

2. Observer la laine

La laine reflète l’état de santé de l’animal. Elle doit être fournie et homogène à l’œil. L’examen de la peau permet de déceler des pathologies telles que la gale ou la teigne.

3. Inspecter la couleur des muqueuses

Regardez la couleur de la troisième paupière. Pour ce faire, abaissez la paupière inférieure avec le pouce, puis appuyez sur le globe oculaire avec l’autre pouce. La muqueuse doit être de couleur rose clair, brillante et humide. Si elle est pâle, c’est le signe d’une anémie ou d’une jaunisse. Si elle rouge ou violacée, la brebis présente une intoxication ou une infection grave.

4. Contrôler le nez

Vérifiez qu’il n’y a pas d’écoulement clair, purulent ou avec du sang, ni de croûte autour de la bouche. L’intérieur de la bouche doit être sain sans lésion. Il en est de même pour la langue, qui doit être rosée. Dans le cas contraire, il peut s’agir d’un problème d’origine respiratoire.

5. Examiner les dents

Ouvrez la bouche de l’animal en maintenant votre pouce dans la barre – entre les incisives et les molaires – et inspectez la dentition en faisant glisser vos doigts le long de la bouche. Les incisives sont importantes pour la préhension de la nourriture et les molaires pour la rumination. Des dents manquantes ou usées provoquent des problèmes d’alimentation.

6. Détecter les causes d’une boiterie

Passez au crible chaque membre, en recherchant d’abord des signes d’inflammation sur les articulations : rougeur, chaleur, œdème. Si vous ne trouvez rien à ce niveau, inspectez soigneusement les sabots, à la recherche d’éventuelles irritations ou infections entre les doigts ou un décollement de la corne. Une odeur de putréfaction est caractéristique de la maladie du piétin.

7. Scruter la mamelle

Assurez-vous qu’il n’y a pas de lésion à l’extrémité du trayon des deux côtés, puis palpez la mamelle pour contrôler l’absence de nodules. Elle doit être souple et sans point dur à l’intérieur. Ce contrôle sert à détecter les mammites en fin de gestation et en début de lactation, ou leurs séquelles : ganglions, abcès, indurations… En cas de lésion irréversible ou d’induration dans la mamelle, l’examen de celle-ci permet de déterminer les brebis à réformer.

8. Le cas du bélier

L’examen des testicules est important lors des achats et trois semaines avant la lutte. Les deux doivent être symétriques. La palpation ne doit pas détecter de lésion, de dureté ou de nodules pouvant signaler l’apparition de l’épididymite contagieuse, qui rend le bélier stérile et peut se transmettre aux autres animaux du troupeau.

Chantal Sarrazin