Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Nous adaptons des semoirs pour le semis direct »

réservé aux abonnés

Matériels d’occasion - « Nous adaptons des semoirs pour le semis direct »
En 2021, le centre tourne à plein régime. Plus d’une dizaine de semoirs sont en cours ou en attente de modification. © P. Peeters

KiwiAgronomy, la société créée par Julien Senez, achète des machines d’occasion, qu’elle rénove et modifie pour les rendre compatibles avec le semis direct.

Julien Senez, agriculteur dans l’Oise sur 190 hectares, est un touche-à-tout. En plus de son exploitation céréalière, il a développé plusieurs activités en parallèle. Converti et pleinement convaincu de l’agriculture de conservation des sol (ACS), il réalise, au travers de la société KiwiAgronomy, des formations sur ce thème pour aider les agriculteurs dans leurs transitions (lire l’encadré). Julien a également mis en place un centre de reconditionnement de semoirs d’occasion. Son principe est d’importer des machines à dents de type CO ou Sprinter de chez Horsch depuis l’étranger, de les restaurer si besoin, mais surtout de les adapter au semis direct (SD).

Également agriculteur, Julien Senez teste les différentes solutions qu’il commercialise sur son exploitation. © P. Peeters

Des machines importées

« À l’origine, ce ne sont pas des semoirs développés pour le SD. Ils sont munis de socs trop gros », explique Julien. Pour transformer des engins de techniques culturales simplifiées (TCS) en semoirs de semis direct, tous les socs sont changés. Les machines sont rééquipées avec des modèles plus fins, afin de perturber le moins de terre possible. Cependant, « même en pointes fines, il faut se limiter à une vitesse de travail de 6 km/h et pas plus de 2 cm de profondeur », précise l’agriculteur.

À leur arrivée, les semoirs sont en partie démontés pour être inspectés. Certaines pièces, des roulements par exemple, pourront être changées. © P. Peeters

Pour trouver ses semoirs, Julien regarde surtout de l’autre côté de la Manche « Une grande partie des machines viennent d’Angleterre. Il y en a vraiment beaucoup sur le marché. Malheureusement, le Brexit complexifie un peu les choses », regrette-t-il. D’autres sont importées du Danemark, de la République tchèque ou d’Allemagne de l’Est.

« Dans mes recherches, je me focalise sur les Sprinter et les CO, leurs ancêtres. Ce sont des semoirs simples, rustiques et costauds. » Le centre propose majoritairement des modèles de 4, 6 et 8 mètres de large. « Les machines de 8 mètres affichent le prix au mètre le plus intéressant », explique Julien. D’autres modèles sont aussi disponibles. Aujourd’hui, Horsch propose les Sprinter de 3 à 12 mètres de largeur.

La gamme Metecalfe comprend des socs étroits de 12 mm de largeur, mais aussi un modèle plus large avec des ailettes. Avec ce dernier, les graines sont réparties sur 50 à 60 mm de large. Tous les socs peuvent bénéficier de plusieurs tubes de descente pour l’incorporation d’engrais liquides ou solides. © P. Peeters

Rénover en plus d’adapter

Avant l’achat, les semoirs sont, si possible, audités sur place. « Maintenant, je dispose d’un réseau, poursuit l’agriculteur. J’ai, en effet, deux à trois propositions de machines par jour. » Une fois rapatriés en France, les semoirs passent par un atelier, où ils sont en grande partie démontés et vérifiés. « Les roulements des rouleaux à pneus sont bien souvent changés, ajoute-t-il. Quant au reste, les châssis sont très solides et les problèmes sont rares. »

Afin d’ajouter l’incorporation d’engrais liquide sur les semoirs, des cuves frontales de 1 500 litres sont proposées. © P. Peeters

Puis, les semoirs sont équipés avec l’une des pointes commercialisées par Julien. Deux marques sont disponibles, les Metcalfe de 12 mm – les plus fines – et les Dutch Opener de 19 mm. Pour chacune, plusieurs versions sont possibles, avec des solutions pour la fertilisation liquide et solide. Des socs plus larges sont également proposés, ils peuvent servir en alternance avec les pointes fines. Une fois terminées, les machines sont commercialisées autour de 3 000 à 6 000 euros du mètre. En 2020, quarante semoirs sont sortis des ateliers. « J’en ai déjà réalisé autant depuis début 2021 », s’étonne Julien lui-même.

Julien commercialise aussi en Europe la marque canadienne Dutch Opener. Ses coutres sont un peu plus larges que ceux des Metcalfe. © P. Peeters

Ajout d’une fertilisation

En plus de l’adaptation au semis direct, la société KiwiAgronomy propose l’ajout d’une fertilisation liquide sur les semoirs. « Soit je récupère un modèle doté d’une cuve d’usine, soit je propose une cuve frontale de 1 500 litres, explique l’agriculteur. J’évite d’ajouter des modules supplémentaires sur les châssis, pour ne pas fragiliser la machine et surtout ne pas perdre son homologation. »

Julien propose également une solution pour les projets d’autoconstruction. Le soc est alors fixé sur un étançon muni d’une bride avec quatre boulons et une sécurité par boudin élastomère. © P. Peeters

Un réseau de tuyaux est ensuite posé sur le semoir, avec des descentes qui incorporent le produit sur les rangs, au niveau des socs. « Pour les modèles équipés d’une double cuve de produits solides, un soc équipé de deux embouts est proposé », ajoute-t-il. Les deux produits sont cependant placés au même endroit. « Chez moi, je sème tout dans le rang et tout à deux centimètres », argumente l’agriculteur, premier consommateur de ses produits.

Pierre Peeters

Des formations sur l’ACS

En complément du centre de reconditionnement, Julien Senez réalise des formations payantes sur l’agriculture de conservation des sols. Pendant une journée, et avec l’appui d’un agronome, il explique les fondamentaux pour commencer sa transition. Exploitant lui-même 190 hectares selon ce système, il développe, tour de plein à l’appui, ce qu’il applique sur sa ferme depuis plus d’une dizaine d’années.

Dans sa pratique de l’ACS, Julien reconnaît sa chance. « Nous nous sommes regroupés à trois fermes, sur 850 hectares, pour avoir un semoir à disques et un semoir à dents », explique l’agriculteur.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !