Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La demande se rééquilibre

réservé aux abonnés

Volaille de chair - La demande se rééquilibre
Sur le premier semestre 2021, les ventes en magasin reculent sur un an, mais progressent par rapport à 2019. © Agnès Massiot

Après une flambée de la consommation à domicile en 2020, les ventes en restauration compensent le recul des achats en magasin depuis le début de l’année.

La viande de volaille garde la cote. Sur le premier semestre 2021, la consommation française globale reste stable en volume (+ 0,2 %) par rapport à la même période en 2020. « Cela cache néanmoins des écarts importants », nuance Paul Lopez, président de la Fédération des industries avicoles (FIA). Si le poulet affiche une progression de 5,1 %, « la situation est extrêmement compliquée pour le canard (- 25,2 %) et la pintade (- 20,1 %) et vient se cumuler à des chiffres déjà équivalents en 2020, par rapport à 2019 », rapporte le président de la FIA. La consommation de dinde est également en retrait de 5,6 % sur les six premiers mois de l’année, par rapport à 2020. « Il y a une nette préférence des Français pour le poulet [voir les infographiques ci-dessous] », appuie Paul Lopez.

S’agissant des circuits de consommation, un rééquilibrage s’opère en 2021. « Avant l’épidémie de Covid-19, la consommation était tirée par la restauration hors domicile (RHD). Avec la crise sanitaire et les confinements, une flambée atypique de la consommation à domicile a été observée en 2020. Sur le premier semestre 2021, les ventes en restauration font leur retour, accompagnées d’un reflux de la consommation à domicile. »

« Plats préparés rapidement »

Selon l’Institut technique de l’aviculture (Itavi), les ventes de volailles en magasin reculent de 4,7 % de janvier à juin 2021, par rapport à la même période en 2020. « En revanche, si l’on compare avec la situation d’avant-crise, c’est-à-dire le premier semestre 2019, les ventes en grandes sur­faces progressent de 5,9 %, tirées par le poulet, qui enregistre une augmentation de 8,8 % », dé­taille le président de la FIA. L’interprofession de la volaille de chair (Anvol) explique ce rebond par « le succès des élaborés de volailles, en progression de 12,9 % sur le premier semestre 2021, par rapport à 2019. Cela témoigne d’une reprise des habitudes des consommateurs, qui passent moins de temps en cuisine et s’orientent davantage vers des repas préparés rapidement. »

Reprise des importations

Le retour de la consommation en dehors du domicile est toutefois synonyme d’une reprise des importations. Sur le premier semestre, elles ont progressé de près de 17 % par rapport à 2020. Résultat, « près de 39 % des volailles consommées en France étaient importées, contre 33 % en 2020 », constate Paul Lopez.

La viande de poulet est de loin la plus importée. De janvier à juin 2021, 46 % du poulet consommé en France provenait d’un pays étranger, la Po­logne en tête. Cette part était de 41 % sur la même période en 2020. Alors que l’interprofession affiche l’ambition de regagner des parts de marchés en France, « à ce stade, nous n’avons malheureusement pas fait beaucoup de reconquête », reconnaît le président de la FIA.

Vincent Guyot

Des abattages français en baisse

De janvier à juillet 2021, les abattages français totaux de volailles sont en baisse de 4 % en tonnage par rapport à 2020, selon l’Institut technique de l’aviculture (Itavi). Ils sont tirés vers le bas par les canards gras (- 37,3 %), les dindes (- 6,6 %), les pintades (- 19,5 %) et les canards à rôtir (- 9,1 %), « en conséquence de la crise sanitaire et de l’influenza aviaire en début d’année ». Les abattages de poulets progressent en revanche de 1,2 %. Si le nombre de têtes abattues est en baisse (- 0,9 %), le poids moyen à l’abattage affiche une hausse de 2 % à 2,13 kg. En 2021, « sur la base des mises en place prévisionnelles, les abattages de volailles devraient reculer de 3 %, avec une baisse sur toutes les espèces », anticipe l’Itavi.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !