Après AmaSpot qui réalise un traitement ciblé en détectant le vert sur brun, AmaSelect Row qui ne traite que le rang et AmaSelect Spot qui pulvérise selon une carte de préconisation, Amazone change de braquet avec Smart Sprayer.

 

Développée en partenariat avec BASF et Bosch, cette pulvérisation ciblée est capable de détecter du vert sur vert en plus du vert sur brun. Pour le moment, Smart Sprayer peut travailler sur maïs, soja et betterave.

Une tonne d’équipement

Bosch dispose de caméras multispectrales placées tous les mètres sur la rampe Amazone. Ces caméras sont bordées par des unités lumineuses qui assurent la captation des images dans les meilleures conditions, en particulier pour les traitements de nuit. Les images des caméras sont transmises à une unité de contrôle qui décide de l’ouverture et de la fermeture des buses.

 

Bosch annonce un temps de réaction de 120 ms entre la prise de la photo et l’ouverture de la buse, ce qui permet d’atteindre une vitesse de traitement de 20 km/h. Pour supporter les capteurs, l’éclairage et l’unité de contrôle, ce qui représente une tonne d‘équipement en plus, la rampe a été renforcée.

 

La version de 36 mètres est ainsi conçue sur la base d’une rampe de 45 m. Pour suivre la cadence de l’ouverture et la fermeture des buses, les porte-jets sont obligatoirement à pulsation, de type PWFM. Les buses sont écartées de seulement 25 cm car, contrairement à la pulvérisation en plein, il n’y a pas de recoupement entre les pinceaux. Il est donc indispensable que le suivi du terrain par la rampe soit parfait.

 

Les buses sont écartées de 25 cm. Les porte-buses sont de type PWFM. © C. Le Gall
Les buses sont écartées de 25 cm. Les porte-buses sont de type PWFM. © C. Le Gall

Exploiter les données

Une fois le traitement réalisé, les données récupérées par les caméras sur l’emplacement des adventices sont importées dans le logiciel de gestion parcellaire Xarvio de BASF. Grâce à cette documentation automatique, l’agriculteur peut visualiser ses cartes d’infestation et bénéficie aussi d’une carte des stades de développement de la culture, que le Smart Sprayer analyse lors de son passage dans la parcelle.

 

D’autres développements sont en cours, notamment la possibilité de monter une seconde ligne de pulvérisation pour un deuxième produit, appliqué en plein. Dans ce cas, il faut employer une cuve frontale. Un second circuit de bouillie ainsi qu’un autre jeu de buses, à 50 cm cette fois, sont montés sur la rampe.

Les données collectées par les caméras sont transférées dans le logiciel Xarvio de BASF. © BASF
Les données collectées par les caméras sont transférées dans le logiciel Xarvio de BASF. © BASF

Dans deux ans

Smart Sprayer sera lancé en Allemagne en 2024 et les premiers appareils seront livrés en France au cours de la campagne de 2024-2025. À l’avenir, la solution fonctionnera dans le colza, le tournesol, les céréales à paille, les légumineuses et le coton. À plus long terme, Amazone, BASF et Bosch prévoient de réaliser les applications de fongicides, de régulateurs de croissance et d’engrais liquide avec cette pulvérisation ciblée.