Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un contrôle supplémentaire en vue

réservé aux abonnés

 - -->
Jean-Bernard Sempastous, député LREM, s’attaque à l’accaparement des terres.

Les élus de la majorité ont déposé définitivement, le 9 février à l’Assemblée nationale, une proposition de loi pour renforcer le contrôle de l’accès au foncier via la cession de parts sociales.

Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées, est à l’initiative de la proposition de loi comportant des « mesures d’urgence pour assurer la régulation de l’accès au foncier agricole au travers de structures sociétaires ».

La France agricole a analysé ce texte, déposé définitivement le 9 février par la majorité. Il pourra évoluer au cours des débats parlementaires qui suivront.

Stopper
les contournements­

Les motifs de la proposition de loi pointent du doigt le contournement des outils de régulation des marchés fonciers, comme la Safer, par certaines sociétés. La Safer ne peut agir sur le marché sociétaire que de manière limitée, en exerçant son droit de préemption seulement lorsque l’intégralité des parts d’une société agricole est cédée. Une mesure aisément contournée par certains, par la cession d’au maximum 99 % des parts sociales. Un véritable « angle mort de la régulation » qui freine l’installation et la consolidation des exploitations et participe à la concentration excessive de foncier, selon le texte.

Toute personne physique ou une société qui deviendrait titulaire de parts sociales d’une société détenant des terres agricoles rentrerait dans le champ de ce nouveau dispositif, si le mouvement de parts sociales le conduit à contrôler (en tant que pro­prié­­taire, locataire ou associé) une superficie dépassant le « seuil d’agrandissement excessif ».

L’instruction laissée­ aux Safer

Ce dernier serait fixé par le préfet de région en hectares, par région naturelle ou par territoire présentant une cohérence en matière agricole. Ce seuil devrait être compris entre une et trois fois la surface agricole utile régionale moyenne, fixée dans le schéma directeur régional des exploitations. Seraient exemptées les cessions de parts sociales réalisées à titre gratuit (donation et succession) et les opérations effectuées par les Safer.

Un décret aurait la charge de décliner précisément le volet procédural. Dans les grandes lignes, la demande d’autorisation liée à ce nouveau dispositif sera fusionnée avec l’obligation déclarative préalable, déjà existante en matière de cession des parts sociales. La demande déposée serait instruite par le comité technique départemental de la Safer, qui rendra un avis et vérifiera si le seuil d’agrandissement excessif est dépassé. La décision définitive d’autoriser la prise de participation dans la société reviendrait au préfet, qui pourra suivre ou non l’avis de la Safer. La procédure sera payante : Jean-Bernard Sempastous évoquait un coût « symbolique » de 200 €.

Le dépassement du seuil d’agrandissement excessif ne sera pas systématiquement synonyme de refus. Le préfet pourra autoriser le mouvement de parts sociales s’il considère qu’il ne « porte pas une atteinte caractérisée à l’installation d’agriculteurs, à la consolidation d’exploitation et à la vitalité du territoire ». Il pourra également l’autoriser si l’acquéreur de parts sociales accepte de « libérer une surface compensatoire, par vente ou bail rural à long terme soumis au statut du fermage, au profit d’un agriculteur en phase d’installation ou de consolidation ». Une opération dans laquelle la Safer jouerait le rôle d’intermédiaire.

Alexis Marcotte

Un deuxième texte également dévoilé

Député socialiste de la Meurthe-et-Moselle, Dominique Potier s’apprête lui aussi à déposer une proposition de loi visant à créer un nouveau contrôle des sociétés possédant ou exploitant des terres agricoles. Le texte, dévoilé le 3 février, a pour vocation d’être une « ouverture et une contribution au dialogue avec le ministère de l’Agriculture et l’ensemble des parties prenantes », selon les mots de l’élu agriculteur. Le député propose de créer une « autorisation préalable » aux prises de participation dans une société possédant ou exploitant des terres agricoles. Le seuil de déclenchement du contrôle serait en revanche en deçà de celui proposé par les élus de la majorité. Le texte contient une mesure spécifique pour mieux lutter contre les investissements étrangers.

Erratum

Une erreur s’est glissée dans l’article « Marché du carbone : 1 300 exploitations candidates », de la rubrique « L’actu de la semaine » de
La France agricole
du 5 février 2021, page 21. Le potentiel
pour chaque exploitation est de 300 à 400 tonnes de
carbone sur cinq ans et non chaque année.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !