La Fédération européenne de l’agriculture biologique (Ifoam Organics Europe) a fait savoir le 25 janvier 2023, qu’elle avait saisi le tribunal judiciaire de Paris avec l’Association française des adhérents de l’Ifoam. Leur requête ? Demander la cessation de l’usage d'un affichage environnemental des produits alimentaires "déloyal à l’égard de la production biologique".

Méthodologie défavorable au bio

Ifoam vise plus particulièrement l’Eco-score, dont le calcul environnemental repose principalement sur les données d’analyse de cycle de vie(ACV) fournies par l’outil Agribalyse et porté par l’Ademe. Cette méthode pénaliserait, entre autres, les produits issus de l'agriculture biologique.

Ifoam précise d’ailleurs que la méthodologie de notation employée dans l’Eco-score "favorise la production intensive et conventionnelle" et "n’est pas adaptée pour fournir aux consommateurs une information pertinente quant aux impacts environnementaux des produits alimentaires".

Des termes trompeurs

Mais la Fédération européenne de l’agriculture biologique reproche également à l’Eco-score d’induire le consommateur en erreur en associant le diminutif "Eco"  à des produits non-certifiés biologiques, ce qui pourrait entraîner de la confusion dans l’esprit des consommateurs.

Une action a d’ailleurs été portée devant l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) pour poursuivre la nullité de la marque « Eco-score » enregistrée par l’Ademe.