Les sondages laissent peu d’espoirs à Joe Biden de remporter l’adhésion des agriculteurs américains à cette élection. Sans complètement négliger cet électorat, le candidat a préféré inclure l’agriculture dans un projet social et environnemental plus large pour la ruralité.

La lutte contre le réchauffement climatique apparaît ainsi comme un des axes majeurs du programme agricole du candidat démocrate. Son ambition est de faire de l’agriculture américaine la première au monde à obtenir un bilan carbone neutre pour 2050. Pour atteindre cet objectif, il souhaite, par exemple, rémunérer les pratiques favorables à l’environnement sur les exploitations comme le stockage de carbone et plus généralement les techniques de conservation des sols. L‘ancien vice-président veut aussi renforcer les mesures de contrôle pour le bien-être animal dans les élevages et mieux lutter contre les cas de cruauté dans les abattoirs.

Sur le volet économique, Biden tente de bénéficier du bilan contrasté des batailles commerciales de son adversaire, notamment avec la Chine. Pas question toutefois d’y mettre fin, au risque de paraître plus complaisant que son opposant. Il promet en revanche de mener les prochaines luttes en cohésion avec les alliés des États-Unis et, surtout, en préservant les intérêts des agriculteurs.

Autre défi de taille, il souhaite s’attaquer de façon plus frontale aux problèmes de concurrence et de concentration des industries agroalimentaires. Des mesures qui semblent peu spectaculaires, mais qui auront l’avantage d’être assez consensuelles. À l’image du candidat démocrate.