Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les virus tourmentent la filière porcine

réservé aux abonnés

Covid-19 et peste porcine africaine - Les virus tourmentent la filière porcine
Les difficultés sanitaires ont enrayé le commerce et encombré le marché communautaire. © C. Thiriet

La Covid-19 et l’arrivée de la peste porcine africaine en Allemagne ont eu raison de la dynamique haussière des cours. Ces difficultés sanitaires ont enrayé le commerce et encombré ainsi le marché communautaire. En parallèle, la Chine a fait jouer la concurrence entre ses fournisseurs. Les relations parfois difficiles entre l’empire du Milieu et les États-Unis n’ont pas entaché le commerce entre les deux pays, au détriment des opérateurs européens.

Hausse des achats des ménages

Dans ce contexte, la production française est restée quasi stable durant les dix premiers mois de l’année. L’effectif de truies, de 950 000 têtes, est en recul, mais le nombre total d’animaux se maintient, grâce aux gains de productivité.

Si la consommation globale de produits porcins continue de s’effriter depuis le printemps 2019, les achats des ménages pour leur consommation à domicile sont en progression par rapport à l’an dernier : + 5 % pour le porc frais et + 7 % pour la charcuterie entre janvier et octobre.

Du côté des éleveurs, un effet ciseau se dessine en fin d’année, avec un prix du porc en recul, tandis que celui de l’aliment grimpe en flèche.

Les exportations françaises plafonnent

De janvier à septembre 2020, les envois de viande fraîche, réfrigérée ou congelée restent stables sur un an, à 366 000 tonnes équivalent carcasse (tec). Par rapport à 2019, ils progressent de 4 % vers les pays tiers, soit 5 000 tec. Le débouché chinois tire cette tendance, avec une hausse des exportations de 33 %. La demande de l’empire du Milieu en vue du nouvel an, qui sera fêté le 12 février 2021, est en effet restée soutenue. A contrario, le commerce s’érode vers les pays de l’Union européenne, en particulier avec l’Italie (- 2 % par rapport à 2019). Dans le même temps, les importations françaises, essentiellement en provenance d’Espagne, se replient de 6 % sur un an.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !