Le président de la République Emmanuel Macron confirme la création d’une seconde brigade d’intervention loup dotée de tous les équipements indispensables à leur mission de prélèvements afin d’aider les éleveurs à lutter contre les multiples attaques des prédateurs sur leur bétail. Cette brigade supplémentaire viendra en complément de l’action des lieutenants de louveterie ainsi que de celle des chasseurs auxquels il est souvent fait appel pour protéger les troupeaux.

 

Le 14 juillet 2022 le long de l’autoroute A75, les éleveurs avaient manifesté pour un renforcement de la brigade loup. Récemment, les éleveurs du Rhône-Alpes s’étaient alarmés du nombre d’attaques de loups contre les bovins, confirmé par la préfecture de région.

 

> À lire aussi : Prédation : ils veulent « renforcer la brigade loup » (15/07/2022)

Faire évoluer le statut du loup

« La FNSEA veillera à ce qu’aucune entrave administrative ne freine l’opérationnalité des deux brigades loups équipées en matériels adéquats afin que celles-ci puissent effectuer les prélèvements réglementaires : a minima 174 loups en 2022. Il est, en effet, inenvisageable que ceux-ci ne soient pas réalisés comme cela a été le cas en 2021 en raison de blocages administratifs injustifiés », a commenté la FNSEA en entendant cette annonce.

 

Le président de la République s’est aussi engagé à faire évoluer le statut du loup au niveau européen.

 

> À lire aussi : Prédation : des attaques de loups dans près d’un département sur deux (14/06/2022)