Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Colza : adapter la lutte contre les coléoptères à l’automne

réservé aux abonnés

Stratégie - Colza : adapter la lutte contre les coléoptères à l’automne
La lutte contre les ravageurs (ici la grosse altise) ne sera efficace que si elle combine les différents leviers à disposition. © C. Thiriet

Il faut, à la fois, tenir compte des résistances présentes sur altises et charançon du bourgeon terminal, et alterner autant que possible les modes d’action.

La problématique de gestion de la grosse altise et du charançon du bourgeon terminal s’étend ces dernières années à la plupart des zones de production du colza. En outre, depuis quelque temps, des périodes de sécheresse observées au moment des semis génèrent des levées tardives, plus sensibles aux ravageurs. En parallèle, les résistances aux pyréthrinoïdes, principale famille d’insecticides contre ces coléoptères, progressent et les substances actives disponibles s’amenuisent.

Retarder l’apparition de mutations super-KDR

Actuellement, la seule alternative à l’automne reste le phosmet, et sa non-réapprobation au niveau communautaire est quasi certaine. « Au-delà de tenter de conserver la substance active, il y a eu une forte volonté politique sur des délais qui puissent permettre son utilisation pour 2021-2022 », explique Laurent Ruck, responsable national de l’évaluation des insecticides chez Terres Inovia. C’est pour cette raison que Boravi WG sera encore disponible en France pour couvrir la campagne à venir.

En conséquence, les recommandations n’évolueront pas cet automne. Il faut donc profiter de cette opportunité pour préserver le plus longtemps possible l’efficacité des pyréthrinoïdes, en alternant Boravi WG avec cette famille. Il convient également de prendre en compte les différentes menaces successives – altises adultes, charançon du bourgeon terminal et larves d’altises – qui pèsent sur le colza.

En secteur de résistance partielle, appelée KDR, même si les pyréthrinoïdes conservent une efficacité sur larves de grosse altise, Boravi WG permettra de réduire la pression de sélection. « Le phosmet retarde l’apparition des mutations super-KDR (1), insiste le spécialiste. Contre la grosse altise adulte, on préférera Boravi WG à 1 kg/ha, pour sa régularité d’efficacité et afin d’éviter la pression de sélection sur pyréthrinoïdes. »

En cas de forte résistance des larves de grosse altise, il faudra employer 1,5 kg/ha de Boravi WG. « Cet usage a contribué à préserver des milliers d’hectares en zones intermédiaires », ajoute Laurent Ruck. En résistance partielle, il est encore possible d’utiliser des pyréthrinoïdes contre ces larves, même si cela augmente la pression de sélection. La lambda-cyhalothrine demeure alors le pyréhrinoïde le plus efficace.

Sur charançon du bourgeon terminal, qui peut présenter une résistance partielle aux pyréthrinoïdes, Boravi WG et les pyréthrinoïdes ont en moyenne une efficacité comparable. Tous les charançons n’étant toutefois pas résistants, les pyréthrinoïdes sont encore efficaces sur cet insecte, même s’il y a un risque de progression de ce phénomène.

Céline Fricotté

(1) Forte résistance.

Perspectives

Terres Inovia teste le cyantraniliprole (Syngenta), efficace en secteurs KDR et super-KDR, qui devrait être disponible dans les années à venir. Les produits de biocontrôle sont également étudiés de près.

Objectif : un colza robuste

Terres Inovia rappelle que, pour que le colza puisse faire face aux attaques de ravageurs, il doit être bien développé à l’automne et avoir une croissance continue. Il faut viser le stade 4 feuilles au 20 septembre, 800 g/m² début octobre et 1 200 à 1 500 g/m² au 1er décembre, avec une bonne implantation (pivot de 15 cm). Plusieurs leviers devront être actionnés :

• raisonner le travail du sol pour limiter le dessèchement et assurer un bon enracinement ;

• date de semis précoce (au plus près des pluies), avec une densité de 25 à 35 pieds/m2 ;

• apport d’engrais ou de matières organiques dans le respect de la réglementation ;

• association avec une légumineuse gélive.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza toujours plus haut, au-delà de 610 euros la tonne sur Euronext

Les prix du colza atteignaient un nouveau sommet, mercredi 22 septembre 2021 dans l’après-midi sur le marché européen, dopés par une demande mondiale très soutenue.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !