Le décret, signé samedi par Vladimir Poutine prolonge jusqu’au 31 décembre 2021 l’interdiction d’importer en Russie des produits alimentaires provenant principalement de l’Union européenne. Cet embargo, mis en place en août 2014, s’applique à la plupart des produits alimentaires venant des pays qui sanctionnent la Russie pour l’annexion de la Crimée, en mars de la même année, et son soutien aux séparatistes de l’est de l’Ukraine.

Reconduit depuis 2014

Cet embargo a depuis été prorogé à cinq reprises, répondant à la prolongation des sanctions économiques européennes. À la fin de juin, l’Union européenne a décidé de prolonger de six mois ses sanctions économiques contre la Russie en raison du conflit dans l’est de l’Ukraine. L’Union européenne ne reconnaît pas l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, qu’elle qualifie de « violation du droit international ».

Les sanctions occidentales qui frappent tous les secteurs de l’économie russe, auxquelles s’était ajouté l’effondrement des prix des hydrocarbures, avaient plongé la Russie dans sa plus longue récession depuis l’arrivée au Kremlin de Vladimir Poutine en 2000, dont le pays se remet progressivement. Les autorités russes affirment toutefois que l’embargo favorise le développement du secteur agricole national auquel elles versent d’importantes subventions.

AFP