Développé dans les années 1990 par Airbus et Arvalis-Institut du végétal, le service Farmstar est opérationnel sur blé depuis 2002. Son principe : combiner imagerie par satellite et expertise agronomique pour proposer un outil d’aide à la décision aux agriculteurs.

Selon Airbus, plus de 13 000 agriculteurs français gèrent aujourd’hui leurs apports d’engrais et de régulateurs de croissance avec Farmstar. En 2003, ce service a été étendu au colza grâce à l’arrivée du soutien technique de Terres Inovia. L’orge d’hiver est pris en compte depuis 2005. Vingt ans après le lancement de la solution sur blé, Airbus et Arvalis ont choisi de revoir entièrement leur offre.

Deux types d’agriculteurs

En 2019, Farmstar a mené une revue complète de son marché auprès de ses clients, de clients de solutions concurrentes et de prescripteurs. Cette étude a mis en avant l’existence de deux types d’utilisateurs potentiels : des agriculteurs prioritairement soucieux de leur marge et de la conformité à la réglementation, d’un côté, et des agriculteurs intéressés par l’agriculture de précision et une approche plus agronomique qui prennent davantage en compte le sol, de l’autre.

En l’état, Farmstar ne répond pas complètement aux attentes de ces deux groupes. Pour les premiers, il est trop détaillé et donc trop cher alors que pour les seconds, il ne va pas assez loin. Le manque de flexibilité dans les dates de livraison des préconisations, peu compatible avec la météo et les contraintes opérationnelles, limite l’intérêt de la solution. Farmstar a donc opté pour une nouvelle offre déclinée en deux versions.

Utilisation à la demande

Farmstar Eco est la solution d’entrée de gamme avec un tarif compétitif et un abonnement plus simple et plus souple. Conçu pour réajuster le dernier apport azoté sur blé en conformité avec la réglementation, il comprend un conseil unique. Dans le cas du colza, le conseil s’effectue sur la dose totale.

Pour une gestion agronomique fine de l’azote, sur tout le cycle de la culture, Farmstar propose la solution Farmstar Neo. Ce dispositif propose une mise à jour quotidienne du déficit en azote et la prise en compte de davantage de facteurs comme la variabilité du sol et le potentiel de rendement.

Farmstar Neo s’utilise en fonction des besoins, en anticipation ou en réaction. Pour l’anticipation, le dispositif propose un tableau de bord dynamique en ligne pour planifier et prioriser les applications. Neo permet aussi à l’agriculteur d’agir en réaction grâce à la diffusion d’alertes.

L’aide à la décision est basée sur le modèle de culture CHN développé par Arvalis. Ce modèle dynamique permet de modéliser l’ensemble des flux de carbone (C), d’eau (H2O) et d’azote (N) entre le sol, la plante et l’atmosphère. Il permet d’évaluer finement et à tout moment les besoins des cultures, notamment du blé. Il est ainsi possible de simuler la croissance des cultures en prenant en compte leurs facteurs limitants, en temps réel comme en anticipation grâce au calcul fréquentiel.

Opérationnel d’ici à 2022

En 2021, la nouvelle offre sera déployée sur colza, colza associé et blé pour Farmstar Eco et sur colza associé pour Neo. En 2022, Neo sera pleinement opérationnel pour tous les apports sur blé, la prise en compte de l’objectif de rendement au niveau intraparcellaire en colza et colza associé. Sur toutes les cultures, Farmstar Neo sera capable de réaliser le suivi dynamique de la croissance des plantes et, en option, d’évaluer le risque de verse et de générer des cartes de modulation.

Corinne Le Gall