Le gouvernement « ne minimise en rien » les pertes de revenus des agriculteurs exclus après la refonte de la carte des « zones défavorisées » selon son porte-parole, Benjamin Griveaux. S’attardant sur le sujet le 15 février 2018 à Toulouse, il a également concédé qu’elles représenteraient « une perte importante de revenus ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
62%

Vous avez parcouru 62% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !