Avec des visuels chocs et une communication qui se déroulera sur les trois prochains mois, la plateforme « Pour une autre Pac » lance, ce 12 janvier 2021, une campagne de sensibilisation du grand public pour dénoncer « les scandales et les injustices générées par la Pac actuelle, qui encourage un modèle agro-industriel aux détriments des paysans ».

Le système agro-industriel épinglé

Les coupables ? Cinq géants de l’agroalimentaire français : Bigard, Avril, Saveol, Tereos et Agrial, désignés par l’acronyme Basta, et mieux connus du grand public par leurs marques : steak Charal, huile Lesieur, tomates Savéol, sucre Beghin Say, et le fromage Soignon.

« Ces géants profitent directement et indirectement des fonds publics de la Pac, comme le détaille notre rapport, alors même que leurs pratiques sont néfastes pour les paysans, les citoyens, l’environnement et le bien-être animal », dénonce Mathieu Courgeau, président de la plateforme organisatrice.

Plus largement, ce qu’il met en cause à travers ces cinq exemples, c’est tout « le modèle agro-industriel encouragé par l’actuelle Pac ». Avertis de la campagne, les groupes cités dans le rapport n’auraient pas réagi, précisent les organisateurs.

Interpeller le ministre Julien Denormandie

La plateforme « Pour une autre Pac », qui regroupe 44 organisations paysannes, environnementales et citoyennes, entend mobiliser fortement dans l’opinion publique pour influer sur les décideurs politiques, à l’heure où se tiennent les négociations sur le plan stratégique national (PSN), la déclinaison française de la prochaine Pac.

Depuis son site internet, le collectif appelle les citoyens à interpeller le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, par mail, sur les réseaux sociaux ou par courrier.

Porte-voix des débats ImPACtons

Les organisateurs sont confortés par les résultats de la consultation nationale « ImPACtons », qui confirment, selon Mathieu Courgeau, « les fortes attentes citoyennes pour un modèle plus juste, rémunérateur des paysans, préservant l’environnement, le bien-être animal et une alimentation saine et locale ».

À lire aussi : Débat « ImPACtons : les 1 000 propositions des Français pour la future Pac (08/01/2021)

Sophie Bergot