« En tant que partenaire des filières agricoles, nous sommes pleinement engagés aux côtés des filières agricoles pour les aider à relever les défis qui les attendent », a introduit Gaëlle Regnard, directrice générale de la Fédération nationale du Crédit Agricole, lors de la conférence de presse du groupe, organisée le 1er décembre 2021. La banque a présenté ses engagements sociétaux, parmi lesquels l’agriculture occupe une place importante.

1. Un fonds d’un milliard d’euros pour les filières agricoles

Le Crédit Agricole veut accompagner l’évolution des écosystèmes alimentaires en finançant leurs innovations. C’est pourquoi il a annoncé la création d’un fonds de capital et de dettes paneuropéen d’un milliard d’euros, dès 2022.

Il vise les entreprises agricoles et agroalimentaires dans leur ensemble. Aussi bien des semenciers que des industriels de la transformation, ou des distributeurs, ont précisé les intervenants.

2. Participer à la structuration du marché du carbone

Le groupe bancaire souhaite également aider les filières à participer à la décarbonation de l’économie. Soulignant le potentiel de l’agriculture en termes de stockage de carbone dans les sols, il a évoqué l’accompagnement au développement et à la structuration du marché du carbone, encore émergent en France.

À lire aussi : Changement climatique, l’AGPB estime que le marché du carbone créera de la valeur (31/05/2021)

« Cela passe dans un premier temps par le soutien d’initiatives et d’opérations pilotes qui existent déjà sur les territoires […] mais aussi à la mise en place d’une plateforme d’échange de crédits carbone, a détaillé Gaëlle Regnard. Évidemment, il y a beaucoup d’acteurs qui travaillent sur ces sujets, nous ne sommes pas seuls. »

À lire aussi : Rémunération, une nouvelle version de CarbonAgri pour la valorisation carbone (07/10/2021)

3. Faciliter le renouvellement des générations

Rappelant l’enjeu que représente le renouvellement des générations, le Crédit Agricole a annoncé vouloir renforcer son accompagnement envers les nouveaux installés. Il souhaite soutenir un plus grand nombre d’installations, notamment par le conseil.

L’élargissement à l’agriculture de leur plateforme pour l’emploi des jeunes, pour promouvoir l’emploi dans ces filières délaissées ou encore le développement de plateformes de circuits courts pour mettre en relation les consommateurs avec les producteurs ont également été cités.

À lire aussi : Transmission et installation, la MSA veut s’engager pour le renouvellement des générations (09/11/2021)

Raphaëlle Borget