Trente organisations européennes de producteurs agricoles et de leurs filières écrivent une communication commune le 20 mai 2021 à l’occasion du premier anniversaire de la stratégie Farm to fork (De la ferme à la table) de la Commission européenne. « Cette stratégie soulève encore trop de questions sans réponses au sein de la communauté agricole et agroalimentaire européenne. Cette année, d’intenses débats n’a fait que multiplier nos sujets d’inquiétude. Nous ne pouvons pas nous joindre aux célébrations de cet anniversaire », écrivent-elles.

Pour une étude d’impact complexe

Elles demandent surtout une étude d’impact de cette stratégie et pas son avancée sans en regarder les conséquences : « La stratégie De la ferme à la table, avec ses objectifs, aura un impact considérable sur toute la chaîne de valorisation agricole. Mais il ne s’agira sans doute pas de l’impact escompté. Cette stratégie aura non seulement un impact sur la qualité environnementale de notre agriculture, mais également sur notre capacité de production, notre compétitivité, nos importations et, finalement, sur les prix payés par le consommateur. »

Les promesses de Frans Timmermans

Pourtant, l’étude d’impact avait été promise par le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans, selon ces organisations. « Mais nous savons qu’elle ne verra pas le jour », regrettent-elles. Elles ne se contenteront pas des études sectorielles qui, bien que plus faciles à mener, rateraient leur objectif parce que c’est une stratégie globale qui est menée. Bien que ces organisations ne se déclarent pas opposées à la stratégie Farm to fork, elles demandent que cette politique « repose sur des données concrètes et scientifiques et pas sur l’idéologie et les positionnements politiques ».

Les signataires de cette déclaration couvrent une large part des représentants professionnels implantés à Bruxelles. Le Copa-Cogeca (agriculteurs et coopératives) se retrouve à côté des représentants des produits laitiers, du commerce des céréales, des zones de montagne, du foie gras, de la viande, etc.

> À lire aussi : Les stratégies Farm to fork et Biodiversité ne convainquent guère (22/05/2020)

Éric Young