Alors qu’elle avait démarré sur les chapeaux de roue, la pousse de l’herbe dans les prairies a été stoppée par le déficit de précipitations qui s’est amplifié en juillet. Au 20 juillet 2020, 40 % des régions fourragères françaises accusaient un déficit. Ce qui a conduit le ministère de l’Agriculture à autoriser le 31 juillet 2020, « les éleveurs des zones les plus touchées par la sécheresse [à] utiliser leurs jachères pour assurer l’alimentation de leur troupeau ».

> À lire aussi : Sécheresse, coup de chaud sur les prairies (03/08/2020)

Fauche et pâturage

« Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a décidé d’autoriser les éleveurs directement affectés par la sécheresse à utiliser les surfaces en jachères pour faire pâturer leurs troupeaux ou faucher pour produire du fourrage, détaille le ministère dans son communiqué de presse. Les jachères déclarées en tant que surface d’intérêt écologique (SIE) même fauchées ou pâturées pourront continuer à être comptabilisées comme SIE pour l’octroi du paiement vert. »

Cette autorisation concerne 47 départements :

  • Ceux des Régions Haut-de-France, Grand Est et Île-de-France ;
  • L’Ain, la Loire, le Rhône, l’Isère, l’Ardèche, et la Drôme dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes ;
  • La Côte-d’Or, la Nièvre, la Saône-et-Loire, et l’Yonne dans la Région Bourgogne-Franche-Comté ;
  • L’Orne, la Seine-Maritime, le Calvados, et l’Eure dans la Région Normandie ;
  • Le Cher, l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher et le Loiret dans la Région Centre-Val de Loire ;
  • La Mayenne et la Sarthe dans la Région Pays de la Loire ;
  • L’Aveyron, le Lot, et le Tarn-et-Garonne dans la Région Occitanie.

Une demande par courrier

Le ministère de l’Agriculture invite les agriculteurs souhaitant utiliser leurs jachères à en faire la demande par courrier à leur DDT (1). Et d’expliquer dans ce courrier « les difficultés rencontrées en raison de la sécheresse et la nécessité d’utiliser les jachères, demandant en conséquence la prise en compte des circonstances exceptionnelles ». Le ministère demande aussi aux éleveurs de prendre « toute mesure adaptée pour préserver au mieux la faune et la flore sur ces parcelles (par exemple : fauche centrifuge, recours à des méthodes d’effarouchement, pression de pâturage limitée, etc.) ».

« Je suis aux côtés des agriculteurs et éleveurs pour les accompagner face à la sécheresse, assure Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture cité dans le communiqué. Cette autorisation à faucher ou faire pâturer les jachères est une réponse à effet immédiat. Je resterai particulièrement attentif à l’évolution de la situation et je déclencherai si c’est nécessaire les différentes procédures pour accompagner les producteurs dans ces difficultés. Au-delà, la répétition de ces épisodes de sécheresse nous renvoie à la question de l’adaptation de notre agriculture au changement climatique. Cette adaptation sera au cœur de notre plan de relance. »

Eric Roussel

(1) Direction départementale des territoires.