« Ce retour à la normale au niveau européen confirme l’éradication officielle de la maladie et facilitera notamment le commerce de notre viande de porc au niveau européen », se félicite l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), dans un communiqué publié le 20 novembre 2020. Pour l’institution, « il s’agit également d’un signal clair vers les pays tiers qui ont placé un embargo sur la viande de porc belge. »

Demande « à l’étude » à l’OIE

La Commission européenne a en effet reconnu le 20 novembre 2020 l’éradication de la peste porcine africaine (PPA) en Belgique en approuvant la levée des zones réglementées, « ce qui équivaut à une reconnaissance du statut indemne par l’Union européenne », indique la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA), dans une note publiée le 25 novembre.

Pour autant, il reste encore une étape à franchir pour une reconnaissance mondiale « ne demande de statut indemne de la maladie pour tous les suidés avait également été introduite auprès de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). […] Le dossier déposé est toujours à l’étude. Or l’Afsca souligne que « c’est le recouvrement de ce statut indemne qui permettra notamment de relancer les négociations avec les pays tiers qui ont placé un embargo sur la viande de porc belge ».

« La vigilance reste de mise »

Grâce à cet assouplissement européen, « l’interdiction de repeuplement des exploitations porcines de la zone, qui avaient dû faire abattre leurs porcs de manière préventive en 2018, sera levée prochainement, promet l’Afsca. Un arrêté ministériel devrait ainsi être publié « d’ici à la fin de l’année ».

L’agence belge incite toutefois à ne pas baisser la garde vis-à-vis de la PPA. « La vigilance reste de mise. Présent à l’est de l’Europe et poursuivant sa progression, le virus de la peste porcine est arrivé en Allemagne, à la frontière polonaise, en septembre dernier et s’y étend. La Belgique, comme tous les pays européens, doit donc demeurer très vigilante pour éviter une seconde introduction. »

> À lire aussi : En Allemagne, la peste porcine africaine se rapproche des zones d’élevage (12/11/2020)

833 animaux positifs en deux ans

La PPA était apparue en Belgique le 13 septembre 2018 dans la commune d’Étalle, en province du Luxembourg, à seulement quelques kilomètres de la frontière française. S’en étaient suivis d’importants travaux de clôture et des opérations de surveillance et de battues, de part et d’autre de la frontière.

Entre le 13 septembre 2018 et le 17 novembre 2020, « des prélèvements issus de 833 cadavres ou ossements de sanglier se sont révélés positifs au virus de la PPA, parmi 5 422 sangliers analysés ou en cours d’analyse. Aucun nouveau cas positif n’a été confirmé [en Belgique] depuis la découverte d’ossements contaminés le 3 mars 2020 », précise la Plateforme d’épidémiosurveillance ESA.

Vincent Guyot