D’ici 2026, Subway, la chaîne de restauration rapide, « exigera de ses fournisseurs qu’ils revoient leurs pratiques actuelles et qu’ils respectent les normes [propres à la démarche European Chicken Commitment] » pour 100 % des poulets frais, congelés et transformés destinés à approvisionner ses enseignes européennes.

« L’engagement à travers toute l’Europe d’un géant de la restauration rapide comme Subway pour le bien-être des poulets de chair est une excellente nouvelle », se félicite le CIWF (compassion in world farming) dans un communiqué diffusé le 6 août 2021. L’ONG welfariste, à l’initiative de la charte « better chicken » en 2014, travaille en étroite collaboration avec Subway afin de définir une feuille de route viable pour atteindre les objectifs fixés.

Des « normes plus élevées » sur les conditions d’élevage

Soutenue par une trentaine d’ONG de défense des animaux, la charte European Chicken Commitment impose aux fournisseurs s’y engageant une densité d’élevage maximale de 30 kg/m².

Les producteurs devront par ailleurs « adopter des souches qui démontrent des résultats plus élevés en matière de bien-être ». Figurent par elles les Hubbard Redbro, Hubbard Norfolk Black, JA757, JACY57, 787, 957 ou 987, Rambler Ranger, Ranger Classic et Ranger Gold.

Les fournisseurs devront également se conformer à des normes « plus élevées » en ce qui concerne l’environnement des poulets, soit :

  • De la lumière naturelle, complétée si nécessaire pour atteindre au moins 50 lux d’intensité lumineuse ;
  • Au moins deux mètres de perchoirs utilisables et deux substrats de picage pour 1 000 oiseaux.
  • Une qualité de l’air, soumise aux exigences maximales définies dans l’annexe 2.3 de la directive européenne portant sur les poulets de chair, indépendamment de la densité d’élevage ;
  • aucune cage, ni de systèmes à plusieurs niveaux.

Les éleveurs impliqués dans la chaîne d’approvisionnement européenne de Subway devront « adopter l’étourdissement par atmosphère contrôlée ou une autre technique d’électronarcose efficace n’impliquant pas un accrochage des poulets vivants ».

Les exigences imposées par le cahier des charges European Chicken Commitment seront garanties via « une procédure d’audits indépendants et la publication d’un reporting annuel d’avancement ».

Une avancée « insuffisante » pour L214

« Se lancer dans cette transition est un vrai défi, notamment pour un acteur qui utilise uniquement des filets de poulet. Nous félicitons Subway de faire avancer le marché dans l’ensemble de ses approvisionnements », salue Tracey Jones, directrice du programme agroalimentaire de CIWF.

Pour L214, cette première avancée reste « insuffisante ». Réagissant dans un communiqué le 12 août, l’association abolitionniste souhaite que Subway s’engage également sur une part d’élevage en plein air.

En complément de la démarche European Chicken Commitment, L214 demande à la chaîne de fast-food d’inclure une part minimale de 20 % de poulets issus d’élevages plein air ou dotés d’un jardin d’hiver (espace extérieur couvert) pour ses approvisionnements en France, à l’instar de nombreuses enseignes de la restauration.

Lucie Pouchard