Les chiens de protection en charge de défendre un troupeau ont « pincé à plusieurs reprises des touristes », relate la FNO (Fédération nationale ovine) dans un communiqué de presse du 20 septembre 2021. C’est la raison pour laquelle l’éleveur propriétaire de ces chiens comparaissait ce lundi 20 septembre 2021 devant le tribunal judiciaire de Gap (Hautes-Alpes).

Des accidents de plus en plus nombreux

« Les troupeaux de cet éleveur sont très régulièrement attaqués, le classant dans le palmarès des 200 élevages les plus prédatés en France », révèle le syndicat. Sous la pression du prédateur, l’exploitant a ainsi acheté « deux chiens de protection supplémentaires pour suppléer sa bergère. » Or, la présence de ces molosses dans les montagnes fréquentées par les randonneurs et les touristes occasionnent des accidents.

« Le vrai criminel court toujours »

Dans le même temps, les loups continuent d’attaquer les troupeaux. La veille du procès, ils ont tué une douzaine de brebis lors d’une attaque dans les Hautes-Alpes. Les agriculteurs du département ont déposé les carcasses du massacre devant le tribunal en soutien à leur collègue. « Une action qui souhaite rappeler que le vrai criminel court toujours », insiste la FNO.

Marie-France Malterre