Mardi 3 août 2021, sur ordre des services de l’État, les canards reproducteurs de race Kriaxera et Rouen Landais du couvoir de La Bidouze à Bidache (Pyrénées-Atlantiques) ont finalement été abattus.

Déclaré contaminé par le virus de la grippe aviaire H5N8 fin janvier 2021, le couvoir espérait échapper à cette procédure, invoquant depuis le début le caractère rare de leurs races et leur résistance à la maladie puisqu’aucune mortalité n’était observée.

> À lire aussi : Influenza aviaire : les canards reproducteurs résistants seront-ils abattus ? (22/07/2021)

Le virus toujours présent selon l’ANSES

Depuis mi-juin, le syndicat ELB (confédération paysanne du Pays Basque) communiquait sur la bonne situation sanitaire des animaux du couvoir : « les analyses sanitaires effectuées régulièrement sur le couvoir montrent que les animaux et l’environnement de l’ensemble des parquets de l’élevage ne présentent plus aucune trace du virus H5N8 HP depuis plus de deux mois ».

Malheureusement, l’expertise de l’Anses rendu le 15 juin 2021 mentionne la présence du virus H5N8 dans l’environnement (notamment dans les lisiers) et parle « de risque réel de contamination horizontale ». L’État a donc décidé de procéder à l’élimination de l’ensemble des reproducteurs de l’élevage pour finaliser le nettoyage et la désinfection.

L’autre motif invoqué est que le maintien des canards du couvoir empêche la France de recouvrer son statut de pays indemne de l’influenza aviaire hautement pathogène et que les éleveurs français ne peuvent exporter de produit.

Races sauvées

Avant cet abattage, un protocole spécifique de sauvegarde génétique de ces races a été mis en place avec l’externalisation d’œufs au couvoir de l’Inrae à Benquet (Landes). Suite à leur éclosion le 27 juillet 2021, le Conservatoire des races d’Aquitaine – désigné « tiers de confiance » par l’État – a confirmé que les deux races étaient sauvées et qu’environ 900 canetons Kriaxera et 150 Rouen-Landais étaient mis en élevage sur un site distant…

Pour reconstituer un stock de futurs reproducteurs pour le repeuplement du couvoir de La Bidouze, des œufs de race pure ont été mis à couver dans un autre couvoir landais. L’objectif est d’atteindre une population de 700 reproducteurs Kriaxera et 200 Landais-Rouen.

> À lire aussi : Pyrénées-Atlantiques, un protocole pour sauver la race (19/03/2021)

Une résistance au virus ?

Finalement, existe-t-il une résistance particulière des races Kriaxera et Landais-Rouen détenues au couvoir de La Bidouze ? « L’Anses, dans sa réponse du 15 juin, précise que l’absence de signes cliniques a déjà été documentée dans d’autres élevages, communique la préfecture de Pyrénées-Atlantiques. Plus qu’une résistance, l’une des hypothèses avancées par les scientifiques repose sur une immunité acquise par les canards du fait d’infections précédentes par d’autres virus influenza communs et non hautement pathogènes. »

La race est certes sauvegardée mais les défenseurs du couvoir dénoncent toujours « le rouleau compresseur administratif » et l’abattage d’animaux sains. Le couvoir et tous les éleveurs de cette filière devraient bénéficier des mesures d’indemnisations financières mises en place par l’État et d’un accompagnement spécifique lié au protocole de sauvegarde génétique.

> À lire aussi : Amende requise contre des éleveurs pour refus d’abattage préventif (19/06/2019)

Hélène Quenin