« Des indemnisations sur pertes économiques seront mises en place pour l’ensemble des maillons », assure le cabinet du ministre de l’Agriculture, à la sortie du comité de suivi de l’épizootie d’influenza aviaire le 11 mai 2021.

Par rapport à la précédente crise de 2017, la rue de Varenne annonce deux nouveaux dispositifs d’accompagnement. Le premier, à hauteur de 500 000 euros, est à l’attention de la filière des poules pondeuses pour l’indemnisation des œufs détruits. Le second, de dix millions d’euros (M€) sous forme d’avance de trésorerie remboursable, est destiné aux acteurs de l’aval. Pour ces derniers, une enveloppe supplémentaire « d’accompagnement économique » est en discussion avec la Commission européenne.

> À lire aussi : Le Cifog attend les consignes du ministre sur la grippe aviaire (10/05/2021)

Ouverture du dispositif cet été pour les éleveurs

S’agissant du maillon de l’élevage, une enveloppe de 40 millions d’euros a été annoncée pour indemniser les pertes économiques. « L’ouverture du dispositif devrait être effective entre juin et juillet sous l’égide de FranceAgriMer », indique le cabinet du ministère. Une première avance pourrait être réalisée entre août et octobre. Le versement du solde interviendrait à la fin de l’année.

De son côté, la filière du gibier devrait bénéficier « sous peu » d’une première aide de 2,5 millions d’euros, « suivie d’une seconde de 6,5 millions d’euros à la fin de l’année pour indemniser pertes économiques ».

Plus en amont, une aide de 30 millions d’euros sera destinée aux accouvoirs et aux élevages d’animaux reproducteurs, sur la base d’une reconduction du dispositif de 2017.

Les acomptes « sanitaires » sont versés

Du côté de l’indemnisation des animaux abattus sur ordre de l’Administration dans le cadre de la lutte contre l’influenza aviaire, le chantier est clos. « L’ensemble des acomptes — à deux ou trois exceptions près pour raison administrative — ont été versés à tous ceux ayant déposé un dossier », rapporte le ministère.

> À lire aussi : Influenza aviaire, tout savoir sur l’indemnisation des volailles abattues (25/02/2021)

Dans la perspective d’élaborer une « nouvelle feuille de route influenza aviaire » d’ici à l’été 2021, le cabinet de Julien Denormandie affiche la volonté de « prendre en compte la diversité des élevages, des espèces et des modes de production. » Plusieurs volets de prévention et de lutte contre l’épizootie doivent encore être discutés, comme la mise à l’abri des animaux, l’utilisation de bases de données, l’amélioration de la biosécurité ou encore le recours à la vaccination préventive.

> À lire aussi : Volailles, deux syndicats inquiets pour l’avenir de l’élevage en plein air (10/05/2021)

Vincent Guyot