« Le bien-être des animaux pendant le transport n’est pas négociable et doit être respecté jusqu’à ce que les animaux atteignent leur destination finale », soutient le député et corapporteur Daniel Buda, lors du débat au Parlement européen le jeudi 20 janvier 2022. Après 18 mois d’enquête, les membres de la commission d’enquête ont conclu que « les dispositions de l’Union européenne (UE) [relatives au transport des animaux vivants] ne sont toujours pas respectées dans les États membres ».

Les besoins des animaux pas toujours assurés

Pour remédier à cette situation, les eurodéputés demandent à la Commission et aux pays de l’UE « d’intensifier leurs efforts pour respecter le bien-être des animaux pendant le transport, d’actualiser les règles de l’UE et de nommer un commissaire européen chargé du Bien-être des animaux », indique un communiqué de presse diffusé le jour même.

> À lire aussi : Bien-être animal, des eurodéputés veulent limiter le transport en vif (06/12/2021)

« Parmi les violations les plus flagrantes figurent l’insuffisance de la hauteur libre, le manque d’eau et de nourriture, l’exportation d’animaux inaptes au transport et la surpopulation. Des véhicules inappropriés sont utilisés, le transport a parfois lieu sous des températures extrêmes et des durées de voyage prolongées », exposent les membres de la Commission.

Vers une réduction des durées de voyage

Pour améliorer leur confort, les députés proposent de ne pas dépasser huit heures de trajet pour les animaux domestiques destinés à l’abattage. « Les animaux gravides dans le dernier tiers de la gestation ne devraient pas être transportés pendant plus de quatre heures, estime le Parlement. Les veaux non-sevrés de moins de quatre semaines ne devraient pas non plus être transportés, sauf par les agriculteurs et sur une distance inférieure à 50 km. »

Les députés votent également en faveur d’un suivi renforcé des conditions de transport dans les véhicules. Ils préconisent l’installation de caméras de vidéosurveillance et de capteurs, pour contrôler en temps réel la température, l’humidité et les niveaux d’ammoniac. « Les autorités nationales ne devraient approuver les plans de déplacement des animaux que si la température prévue est comprise entre 5ºC et 30ºC », ajoutent les parlementaires.

Un soutien affirmé du transport en viande plutôt qu’en vif

Par ailleurs, le Parlement soutient la proposition de texte visant à « privilégier le transport de sperme et d’embryons plutôt que d’animaux reproducteurs, et celui de carcasses et de viandes plutôt que d’animaux vivants destinés à l’abattage ».

« Nous devons investir dans des solutions plus nombreuses et plus efficaces pour réduire la nécessité de transporter des animaux vivants », renchérit la corapporteure Isabel Carvalhais. La députée en appelle néanmoins à « garder à l’esprit la dimension sociale de ce que nous proposons et les conséquences pour les citoyens ».

> À lire aussi : Bien-être animal, pour le transport des animaux, le Copa-Cogeca en appelle à la science (14/12/2021)

« Inspecter tous les envois vers les pays tiers »

Les députés plaident encore pour un contrôle renforcé du transport des animaux vers les pays tiers. « L’exportation d’animaux vivants ne devrait être approuvée que si elle est conforme aux normes européennes en matière de bien-être animal », soutiennent-ils.

« Si le texte final comprend certaines avancées, plusieurs des demandes clés portées par les Verts et la société civile ont été rejetées », réagit à l’issue du vote Caroline Roose, eurodéputée Verts/ALE. Aussi membre de la commission d’enquête, elle évoque notamment le rejet par le Parlement des propositions visant à limiter le temps de transport de tous les animaux à 8 heures et à restreindre les exportations vers les pays tiers.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le commerce reste fluide

La sécheresse est dans tous les esprits, mais la météo permet un maintien des animaux dans les herbages. Les sorties restent modestes alors que les abattoirs ont des besoins constants pour assurer les commandes de leurs clients.