À l’instar de L214, Joël Giraud a apporté son soutien au projet de référendum pour les animaux, annonce le 31 juillet 2020 la Fondation 30 millions d’amis sur son compte Twitter. Son nom figure sur la liste des signataires qui apparaît sur le site « Référendum pour les animaux ». L’intéressé, actuellement en congés, n’a pas pour l’heure expliqué ses motivations. À ses côtés, figurent 121 parlementaires sur les 925 qui siègent actuellement dans les deux assemblées.

« On attend qu’il retire sa signature »

Cette position fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux, avec en tête le Mouvement de la ruralité. Pour le parti politique, anciennement appelé Chasse, pêche, nature et traditions, Joël Giraud, « débute bien mal en signant le projet de référendum d’initiative partagée (RIP) pour les animaux avec son lot de mesures contre les activités rurales. Un secrétaire d’État à la Ruralité qui s’inscrit dans cette logique antispéciste n’augure rien de bon ».

Le Mouvement de la ruralité indique avoir sollicité une entrevue auprès du Premier ministre, Jean Castex, « pour aborder l’ensemble des problèmes de la ruralité, économiques, sociétaux et environnementaux et attend du nouveau secrétaire d’État qu’il retire sa signature ».

D’autres réactions ont suivi.

Interdire les élevages en cage et box d’ici à 2025

Par sa signature, Joël Giraud (député des Hautes-Alpes) approuve ainsi le projet initié par Xavier Niel, du groupe Iliad (Free), Marc Simoncini, fondateur du site Meetic, et Jacques-Antoine Granjon, à la tête de Veepee (anciennement Vente-privée.com). Cette idée de référendum est par ailleurs soutenue et portée publiquement par le journaliste Hugo Clément, ainsi qu’une vingtaine d’associations de défense des animaux (L214, Welfarm, CIWF, Compassion in World Farming France, Rewild, Aspas, la Fondation Brigitte Bardot…) et de protection de l’environnement (GoodPlanet, la Fondation pour la nature et l’homme, LPO…).

Le texte qu’ils défendent propose notamment d’interdire l’élevage en cage, case, stalle ou box à partir du 1er janvier 2025.

À lire aussi : Les conditions d’élevage ciblées par un projet de référendum (03/07/2020)

Rosanne Aries