Un an après avoir acté un partenariat avec l’association de protection de l’environnement WWF France, la Prospérité fermière renouvelle l’expérience le 5 octobre 2018 avec Welfarm, qui « œuvre pour une meilleure protection des animaux d’élevage à toutes les étapes de leur vie (élevage, transport, abattage) et une meilleure prise en compte de leur bien-être dans les pratiques. »

Ce nouveau partenariat concernera la centaine d’élevages (sur les 1 500 que compte la coopérative au total, NDLR) engagée dans la production du lait Via Lacta, dont le cahier des charges impose une alimentation non-OGM, une surface minimale de pâturage de 15 ares par vache pendant 170 jours par an, ainsi qu’un logement obligatoire sur paille l’hiver.

Grille de diagnostic

La première phase de ce partenariat de deux ans « s’articule autour de diagnostics bien-être animal chez les adhérents éleveurs engagés dans la démarche de lait à l’herbe Via Lacta, d’ici à la fin de 2019, indique la Prospérité fermière, dans un communiqué publié le 5 octobre 2018. Ces diagnostics, effectués par la coopérative sur la base d’une grille construite avec Welfarm, permettront d’évaluer précisément les pratiques : alimentation, traite, bâtiments, reproduction… »

La deuxième phase sera de « construire un plan d’actions bien-être animal issu des résultats des diagnostics ». Pour Samuel Bar, président de la Prospérité fermière, « la mise en lumière de ces actions pourra aider les adhérents éleveurs à progresser. Nous sommes là pour les accompagner afin de faciliter cette transition vers un modèle encore plus vertueux ».

V. Gu.