Est-ce le début d’une prise de conscience collective à l’aval de la filière porcine ? Le mardi 1er février 2022, Fleury-Michon a annoncé « trois engagements concrets », au lendemain du déblocage d’une aide d’urgence de 270 millions d’euros à destination des éleveurs de porcs.

« À chaque fois que possible »

Première promesse de l’industriel : « augmenter le plus rapidement possible sa part d’approvisionnement en viande de porc française, pour atteindre jusqu’à environ deux tiers de ses achats, et ce tant que les cours resteront à des niveaux insuffisants. » Pour ce faire, Fleury-Michon prévoit, dans un premier temps, de « basculer immédiatement l’approvisionnement de sa gamme de rôtis de porc en viande 100 % origine France ». C’est son deuxième engagement.

Enfin, le salaisonnier promet de « continuer de respecter la loi Egalim et son esprit ». Il assure donner la priorité à l’origine France « à chaque fois que possible sur la base de quatre critères : la qualité, la disponibilité, la sécurité des approvisionnements et l’accessibilité du prix par les consommateurs. Et aussi, la volonté de l’entreprise de contribuer — à son échelle — à renforcer la souveraineté alimentaire française ».

Sur Twitter, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, a « salué » l’initiative de Fleury-Michon et a invité « les autres acteurs à s’engager également ».

Mise en valeur du porc français

Le mercredi 2 février 2022, Intermarché a pris la balle au bond. Pour encourager Fleury-Michon à s’approvisionner en viande porcine française (VPF), le distributeur s’engage à « développer l’assortiment des références VPF de Fleury-Michon et s’inscrira dans cette même dynamique avec les autres industriels qui s’engageront sur la voie du VPF ».

Depuis 2015, Agromousquetaires, le pôle agroalimentaire du groupement Les Mousquetaires, s’approvisionne exclusivement de la viande de porc française. Elle est destinée aux produits des marques de distributeur Monique Ranou et Jean Rozé pour les magasins Intermarché et Netto.

> À lire aussi : Le plan d’urgence porcin « ne suffira pas, à lui seul » (02/02/2022)

Vincent Guyot