Élément indispensable pour certaines productions, en agriculture biologique en particulier, l’approbation du cuivre avait été renouvelée par la Commission européenne le 27 novembre 2018 pour 7 ans, sous conditions : des quantités utilisables qui ne devront pas dépasser une moyenne de 4 kg par hectare et par an ou une quantité lissée de 28 kg sur 7 ans au maximum.

« Encourager la transition »

« Les conditions de l’approbation européenne du cuivre permettent de conserver une solution de protection des plantes mais rendent nécessaire une nouvelle étape de réduction de l’utilisation du cuivre et de modification de certaines pratiques phytosanitaires, estime le gouvernement. Bien que des progrès importants aient déjà été réalisés, les efforts pour diminuer le recours au cuivre doivent être intensifiés. » La feuille de route prévoit :

  • d’encourager la recherche, l’innovation et l’acquisition de connaissances sur les pathogènes, les impacts de l’usage du cuivre, la réduction des doses et le développement d’alternatives ;
  • de diffuser et d’encourager les bonnes pratiques et le recours aux alternatives du cuivre qui sont déjà disponibles ;
  • d’adapter la réglementation pour favoriser le développement des solutions alternatives ;
  • d’accompagner et de former les agriculteurs dans le changement de pratiques ;
  • de valoriser ce travail et mutualiser les efforts au niveau européen, notamment avec l’Allemagne, engagée dans une démarche de réduction de l’utilisation du cuivre.

Une cartographie des projets de recherche et expérimentations sera notamment mise en place avec les acteurs de la recherche.

J.P.