« Au niveau de l’Union européenne, les modifications des prévisions de rendement pour la plupart des cultures d’été — à l’exception du maïs ensilage — sont légèrement révisées à la baisse, mais restent supérieures à la moyenne quinquennale », indique la Commission européenne dans son dernier bulletin publié le 20 septembre 2021.

Baisse dans le sud de l’Europe

Les révisions à la baisse seraient principalement dues aux impacts négatifs des conditions toujours chaudes et sèches dans le sud de l’Europe. C’est particulièrement le cas dans une grande partie de l’Italie, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Grèce, ainsi que dans le sud de la Turquie.

Les prévisions de rendement des cultures d’été en Europe occidentale et centrale restent quant à elles élevées, bénéficiant même d’une légère révision à la hausse. Les perspectives sont particulièrement positives pour le maïs grain en France, en Allemagne et en Pologne. « Les excédents pluviométriques en Allemagne de l’Est et en Pologne ont profité aux cultures d’été, mais ont entravé la récolte des céréales d’hiver et de printemps et ont retardé les premiers semis », ajoute la Commission.

En Finlande, la fin de l’été trop humide est le plus récent d’une série d’événements défavorables qui ont réduit les attentes de rendement tant en quantité qu’en qualité.

Vers un record absolu en maïs en France

Plus spécifiquement, en France, les prévisions de rendement pour le maïs (9,95 t/ha contre 9,7 t/ha le mois dernier) et le tournesol (2,56 t/ha en septembre comme en août, soit +24 % comparativement à 2020) se sont maintenues dans la fourchette haute. « Si les conditions de récolte sont favorables, on ne peut exclure un record absolu pour le maïs », estime la Commission.

Les perspectives en betterave sucrière « sont influencées par des facteurs contrastés, avec un développement élevé de la biomasse verte, mais aussi une forte pression des ravageurs et des maladies, et un rayonnement inférieur à la moyenne dans les principales régions productrices (qui tend à affecter négativement la teneur en sucre). » Les estimations de rendement pour cette culture sont ainsi de 84,6 t/ha, soit 2,8 % de plus que la moyenne quinquennale.

Avec 43 t/ha (contre 40,4 t/ha en 2020), les prévisions en pommes de terre sont élevées, la pression du mildiou étant gérée par les agriculteurs.

Étant principalement irrigué, le soja aurait moins profité que les autres cultures des conditions humides. Son rendement est estimé à 2,75 t/ha, soit 7,8 % de plus que la moyenne des cinq dernières années.

> À lire aussi : Récolte de 2021 : Le rendement national du blé tendre estimé à 73 q/ha (14/09/2021)

Céline Fricotté
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le prix du colza en hausse

Le mardi 26 octobre 2021, le cours du colza se tient toujours, dans un contexte de hausse du prix de l’énergie et des huiles, et de faibles récoltes canadiennes.