« Ce sont clairement les chiffres américains qui donnent le ton et expliquent ces variations » pour le maïs et le soja, a déclaré Gautier le Molgat, analyste pour le cabinet Agritel (Argus Media France).

Pour les États-Unis, la production de soja est en franche hausse à 121 millions de tonnes en octobre (contre 119 en septembre), tout comme les stocks, qui passent à 8,7 millions de tonnes. Cela s’explique en partie par une baisse de la consommation intérieure.

Au niveau mondial, les stocks de soja augmentent de 5 millions de tonnes, à 104,6 millions, du fait des révisions américaines à la hausse mais aussi des stocks chinois, qui augmentent de près d’un million sans faire bouger les prévisions d’importation.

Maïs : rendements meilleurs que prévus

Évolution de l’estimation de la production mondiale de maïs (en millions de tonnes).

Pour le maïs, ce sont aussi les perspectives haussières de la production américaine qui dictent la tendance mondiale. Les surfaces plantées n’ayant pas été rehaussées, ces bons chiffres s’expliquent par des perspectives d’augmentation des rendements, à 176,5 boisseaux par acre, relève Gautier Le Molgat.

La légère baisse de production en Ukraine (à 38 millions de tonnes en octobre contre 39 en septembre) est compensée par une augmentation en Europe, où les perspectives d’exportation sont relevées. À noter aussi des perspectives d’importation inchangées pour la Chine.

Les stocks américains de maïs augmentent de 3 millions (à 38,1 millions de tonnes), expliquant largement celle de 4 millions de tonnes, des stocks mondiaux, à 301,7 millions de tonnes en octobre.

Blé : sans surprise, la production impactée par le climat

Évolution de l’estimation de la production mondiale de blé (en millions de tonnes).

Les prévisions sont plus sombres pour le blé, qui se maintient à des prix très élevés depuis des mois. Les prévisions de production mondiale sont en baisse avec des stocks diminuant de plus de 5 millions de tonnes, à 277 millions de tonnes de blé en octobre.

Ces chutes, qui ne sont pas une surprise pour les experts, sont essentiellement imputables aux États-Unis et au Canada, qui ont souffert de conditions climatiques éprouvantes, entre vagues de chaleur estivales et ouragans.

Les perspectives de production russe restent stables, tout comme celles des importations chinoises, tandis que celle de l’Union européenne est en légère hausse à 139,4 millions de tonnes.

« Il est intéressant de noter des perspectives d’exportations de l’Inde en légère hausse », indique Gautier Le Molgat, qui relève que le pays, en dépit d’une forte demande intérieure, pourrait être tenté d’exporter au vu des cours très élevés.

« Globalement, le marché reste tendu, tant pour le blé que pour les huiles végétales, car la demande reste forte », alimentée par la reprise économique, résume-t-il.

Avec l’AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs en hausse sur le marché européen

Les prix du blé et du maïs étaient en hausse vendredi 22 octobre 2021 dans l’après-midi sur le marché européen, dans un contexte général très tendu et alors que la Banque mondiale n’attend pas d’accalmie sur les coûts de l’énergie avant le second semestre de 2022.