Les réactions au sujet des projets de plan pollinisateurs et de l’arrêté abeilles ont continué d’arriver cette fin de semaine alors même qu’une réunion entre les différentes parties prenantes avait lieu le vendredi 11 juin 2021 en début d’après-midi.

> À lire aussi : L’arrêté « abeilles » ne tient pas ses promesses, selon les apiculteurs (09/06/2021)

Suppression de la mention « zone de butinage »

Dans un communiqué du 10 juin 2021, l’Association nationale pommes poires (ANPP) estime ainsi qu’en l’état actuel de sa rédaction, le projet d’arrêté est « synonyme de condamnation pure et simple du verger français et de la filière de la pommes et de la poire. »

En effet, la nouvelle version de l’arrêté abeilles fait apparaître aux côtés des « cultures attractives en floraison » la notion de « zone de butinage » (1). Or pour les producteurs membres de l’ANPP, cette définition de « zone de butinage » est incompréhensible et rend ce projet d’arrêté abeilles totalement inapplicable.

Les arboriculteurs implantent en effet des bandes enherbées pour protéger le sol et favoriser la biodiversité, particulièrement la présence des auxiliaires des cultures qui permettent de réduire l’usage de pesticides. « Les intégrer dans l’arrêté abeilles rend toute protection du verger impossible pendant le cycle de culture, estime l’ANPP, qui demande donc la suppression immédiate de la mention de « zone de butinage » avant publication du texte.

Horaires irréalistes

Dans un communiqué du 11 juin, le collectif Sauvons les fruits et légumes de France revient également sur cette « zone de butinage ». « Au-delà de certains aspects nébuleux et particulièrement complexes de cette définition, l’intégration de cette nouvelle notion dans la réglementation interdit quasi à l’avenir tout traitement phytosanitaire sur un verger », estime-t-il.

« Enfin, les horaires de traitement imposés par ce nouvel arrêté, 2 heures avant le coucher du soleil et 3 heures après le coucher du soleil, sont totalement irréalistes au regard de la disponibilité salariale et des parcs de matériel dimensionnés pour couvrir une surface de verger en une journée de travail », ajoute le collectif.

Un plan ambitieux mais imprécis pour l’UIPP

Dans un communiqué du 11 juin 2021, l’UIPP (Union des industries de protection des plantes) renouvelle quant à elle sa volonté de contribuer activement à l’aboutissement d’un plan pollinisateurs transversal et ambitieux et salue le lancement, par le gouvernement, d’un plan pollinisateurs réellement global et incluant l’ensemble des parties prenantes concernées.

Si sur le volet relatif à l’évaluation des produits phytopharmaceutiques, l’UIPP souligne de plus la volonté du gouvernement de s’inscrire dans une harmonisation des démarches françaises avec le cadre européen, elle estime que le plan pollinisateurs reste, à ce stade, imprécis notamment au sujet des délais de réévaluation des produits envisagés, qui « ne sont pas réalistes ».

Céline Fricotté

1. Définie ainsi : « À l’exclusion des cultures en production, une zone de butinage est un espace agricole ou non agricole occupé par un groupement végétal cultivé ou spontané, qui présente un intérêt manifeste pour les abeilles ou d’autres insectes pollinisateurs du fait de la présence de fleurs ou d’exsudats. »