À l’occasion d’une conférence de presse le 13 avril 2021, le groupe Avril a présenté les résultats financiers d’une année 2020 satisfaisante malgré la crise sanitaire ainsi que ses orientations stratégiques à l’horizon de 2030.

Arnaud Rousseau, agriculteur et président d’Avril Gestion, a exprimé sa « fierté envers un groupe qui a su s’adapter face à une crise inédite, grâce à la réactivité de ses collaborateurs et à un modèle de fonctionnement s’inscrivant dans le temps long, aussi bien dans les filières animales que végétales ».

Une année 2020 robuste pour le groupe Avril

Le chiffre d’affaires du groupe se maintient ainsi à 5,8 milliards d’euros en 2020, avec un Ebitda (bénéfice avant amortissements, dividendes et impôts) à 243 millions d’euros, soit un résultat supérieur au prévisionnel (à 223 millions d’euros) et une progression de 43 % par rapport à 2019. « Il s’agit d’une performance remarquable à deux titres, avec Sofiprotéol d’une part sur l’investissement, et la résilience de nos métiers industriels d’autre part », souligne Aymeric Mongeaud, directeur administratif et financier du groupe.

En effet, Sofiprotéol aura contribué en 2020 pour 81 millions d’euros de l’Ebitda du groupe, avec 125 millions d’euros d’investissement dans les filières de l’amont et de l’aval. Du côté des industries, la performance de l’année 2020 aura surtout été tirée par les activités d’Avril Végétal (trituration, huiles alimentaires et biocarburants) qui a pu remonter la pente après un début d’année difficile en lien avec la crise sanitaire. Une crise qui a plus pénalisé la branche des spécialités du groupe et notamment le secteur de l’oléochimie. « Au total, la crise sanitaire a coûté 33 millions d’euros de résultats en 2020 », précise Aymeric Mongeaud.

> À lire aussi : Sofiprotéol poursuit ses investissements dans les filières (25/03/2021)

Un horizon de 2030 autour de quatre axes prioritaires

Pour 2021, le groupe Avril maintien son cap et entend poursuivre son déploiement. Mais les réflexions pour l’horizon de 2030 sont déjà engagées : « En effet, nous sommes déjà bien avancés par rapport à notre plan stratégique 2023 », indique Jean-Philippe Puig, directeur général du groupe Avril.

Ce déploiement d’ici à dix ans s’oriente sur quatre marchés prioritaires :

  • les ingrédients de spécialité (par exemple, des protéines végétales à base de colza trituré),
  • les produits alimentaires de grande consommation (huiles végétales et savons),
  • les énergies renouvelables
  • et les services aux exploitations agricoles, ce dernier axe portant notamment sur la nutrition animale et la fertilisation organique.

Cession d’activité pour la transformation animale

Ces orientations stratégiques amènent le groupe à s’adapter, en renforçant certains métiers mais en faisant aussi le choix de céder des activités, comme celle de la transformation animale (porcs et œufs) d’ici à quelques mois. « C’est une décision stratégique qui permettra d’alléger notre portefeuille, mais nous continuerons d’accompagner les acteurs qui prendront le relais », précise Jean-Philippe Puig. Le groupe s’engage par ailleurs « à tout mettre en œuvre pour identifier des partenaires qui permettront de garantir un cadre de développement et de croissance à chacune des sociétés concernées ».

Charlotte Salmon

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza recule sur Euronext, sous la pression des huiles

Les prix du colza étaient en recul ce jeudi 24 juin 2021, sous la pression des huiles et notamment du soja américain, toujours affecté par un contexte moins porteur pour les biocarburants aux États-Unis.