La campagne de 2021 s’annonce bonne pour les récoltes nationales de concombres. D’après les premières estimations du 1er juin 2021, la production serait en hausse de 8 % par rapport à la saison 2020 et à la moyenne quinquennale, et atteindrait les 138 800 tonnes. C’est ce qu’indique le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, Agreste, dans sa note de conjoncture publiée le 25 juin 2021.

Les premières estimations du 1er juin 2021 laissent entrevoir une augmentation de la récolte de 2021 de 8 % par rapport à celle de 2020 et par rapport à la moyenne de 2016 à 2020. © Agreste

La plupart des régions concernées

Les surfaces, quant à elles, seraient en légère hausse, de 1 % sur un an, à 640 ha, et de 8 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020. La hausse des récoltes concerne la plupart des régions productrices, à l’exception du bassin Est.

Si la campagne de récolte a démarré « timidement » à la fin de février, en raison du déficit de luminosité observé en janvier, « le début de saison est globalement satisfaisant en termes de développement des cultures », estime Agreste. Les volumes récoltés progressent nettement en mars avec la montée en production des différents bassins.

« La période d’arrachages et replantations semble plus hétérogène cette année au niveau national et le creux de production traditionnel de juin est prévu moins marqué », complète Agreste.

Les cours de début de saison chutent

Au début de la saison, les cours se sont maintenus à un niveau nettement supérieurs à celui de la campagne précédente et de la moyenne quinquennale.

En avril, après un recul progressif, les prix ont basculé en deçà du niveau des années précédentes, la faible demande ne suffisant pas à écouler les stocks.

En mai, les cours se sont légèrement ressaisis. Ils sont en hausse de 6 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes, mais restent inférieurs de 15 % à ceux de la campagne de 2020.

Les prix du concombre sont restés fermes au début de la campagne, avant de perdre du terrain par rapport aux cours des années précédentes. © Insee — Agreste

Raphaëlle Borget