L’accord, conclu sur la base des flux commerciaux récents dans le cadre de l’OMC, est l’aboutissement de deux années de négociations pour diviser les quotas agricoles de l’Union européenne, une partie du volume restant avec les 27 de l’Union européenne, et une partie allant au Royaume-Uni.

Cet accord couvre des « dizaines de quotas et des milliards d’euros d’échanges commerciaux, notamment pour la viande bovine, la volaille, le riz, les produits laitiers, les fruits et légumes et les vins », précise Bruxelles dans un communiqué de presse diffusé le 8 mars 2021.

Des volumes « préservés »

Pour le commissaire à l’Agriculture, Janusz Wojciejowski, « cet accord préserve les volumes initiaux mais les partage entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Il apporte certitude et stabilité au commerce agricole et à nos marchés. […] C’est un bon signal de notre engagement à travailler ensemble, tant au niveau bilatéral que dans le cadre de l’OMC. »

Les prochaines étapes

Une fois l’accord adopté par la Commission européenne, il sera « envoyé au Conseil et au Parlement européens pour ratification, afin qu’il puisse entrer en vigueur le plus rapidement possible », détaille le communiqué.

En parallèle, l’Union européenne conduit des négociations similaires sur la répartition des contingents tarifaires avec vingt et un autres pays partenaires. Des négociations ont d’ores et déjà été conclues avec l’Argentine, l’Australie, la Norvège, le Pakistan, la Thaïlande ou encore l’Indonésie.

Lucie Pouchard