La pression monte d’un cran. Cassy, Clément, Léa, Théo, Jérémy, Pierre-Louis, Thomas et Louli comptent les jours qu’ils leur restent pour être fin prêts le jour J. Du 28 février au 5 mars 2023, les huit élèves du lycée de Crézancy, dans l’Aisne, participeront aux quatre épreuves du Trophée international de l'enseignement agricole (TIEA) qui aura lieu au Salon de l’agriculture.

La préparation des épreuves bat son plein

Vainqueur l’année dernière, le lycée de Crézancy compte sur ses huit élèves de première et terminale STAV, sciences et technologies de l’agronomie et du vivant, pour monter à nouveau sur la première marche du podium. Et les lycéens l’ont bien compris.

Tous les mercredis après-midi, ils se retrouvent sur leur temps libre pour travailler ensemble les quatre épreuves. Quand certaines s’entraînent à la manipulation à l’aide de deux cordes, d’autres utilisent de vieux manchons trayeurs en guise de micros pour peaufiner leur oral de présentation. Et à cela s’ajoute un travail d’équipe au quotidien, après les cours.

Une mise en beauté au poil

Quant à Jolie, elle ne chôme pas non plus. Cette simmental de huit ans, « calme et docile » comme la définissent les élèves, s’exerce à marcher droit, la tête haute, le poil lisse. Car le jour du concours, elle va devoir arpenter le ring pour se présenter aux jurés. C’est Thomas, en terminale STAV, qui use de sa poigne pour maintenir le bovin dans la droite ligne. Une épreuve parfois de force, qui se termine par des caresses et des bisous de félicitations à Jolie.

Le bovin devra également rester suffisamment tranquille lors de l’épreuve de manipulation. L’un des élèves réalisera un collier anti-étranglement sur elle, tout en respectant les règles de sécurité. Ce mercredi 11 janvier 2023, c’est Cassy auprès de Jolie et Clément dans le rôle du speaker, qui s’exercent en duo, sous le regard bienveillant de leurs camarades et de leur professeur de zootechnie Serge Moroy.

Pour mettre Jolie sur son 31 le jour du concours, les élèves sont chargés de la laver. « Il faut la faire briller, qu’il n’y ait pas de touffes de poils ou de la paille coincée dans les pattes, précise Clément, en première STAV. Il faut vraiment que la vache soit nickel. » Après un lavage méticuleux, Jolie a droit à une séance photo et vidéo pour alimenter les réseaux sociaux. Une vraie star.