En mars 2016, l’association L214 a placé des caméras dans l’abattoir de Mauléon, ce qui a conduit à un procès pour maltraitance animale en octobre 2018. Des salariés de l’abattoir ont porté plainte. Il s’en est suivi un deuxième procès, dont le délibéré a été rendu le 18 novembre par le tribunal correctionnel de Pau : L214 a été condamnée à 5 000 € d’amende pour complicité d’atteinte à la vie privée des salariés, filmés à leur insu. L’association anti-viande doit également verser des dommages-intérêts à trois salariés de l’abattoir à hauteur de 1 500 € chacun.

« Dans un premier temps, les images n’étaient pas floutées. Et quand bien même, dans un abattoir de taille modeste comme celui de Mauléon, tout le sait qui y travaille, a déclaré Me Antoine Tugas, avocat des trois salariés, à nos confrères de Sud Ouest. Cela a eu des conséquences sur leur vie privée, familiale. Ils ont été gravement atteints par les insultes, les reproches qu’ils ont subis suite à la procédure engagée contre eux. » Il a également rappelé que « les vidéos de L214 de Mauléon ont été vues plus de 300 000 fois, mes clients exposés au monde entier ».

Dans un communiqué du 18 novembre, l’association antispéciste indique qu’elle va faire appel de cette décision.

H.Q. et A.Co.