Des équipes de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) « qui se sont rendues sur place, rédigent un rapport dont les conclusions seront mises à la disposition du parquet quand il l’estimera utile », a précisé la préfecture d’Ille-et-Vilaine, contactée par l’AFP.

Procédure judiciaire en cours

Dans un communiqué de presse, l’association anti-élevage L214 a annoncé le 25 août 2022 avoir déposé plainte auprès du procureur de la République de Rennes « pour le délit de mauvais traitement ». L’association réclame la fermeture d’urgence de l’exploitation.

 

Le parquet de Rennes a confirmé jeudi avoir reçu une première version de cette plainte sans la vidéo, qui devrait suivre. « À réception de l’ensemble des éléments, le parquet orientera cette plainte », indique le procureur de la République Philippe Astruc.

 

L214 prétend que les images rendues publiques mercredi ont été tournées à la fin de mai sur une exploitation de Domalain dans l’Ille-et-Vilaine. La plainte vise l’exploitation « en qualité de personne morale », son dirigeant, également président de la Fenalap (1) et son vétérinaire sanitaire, a précisé à l’AFP Sébastien Arsac, cofondateur de L214.

 

Contacté à plusieurs reprises, l’exploitant n’a pas donné suite aux sollicitations de l’AFP. « Une partie des lapins issus de cet élevage sont commercialisés sous la marque Le Gaulois de LDC », assure L214. Le groupe n’avait pas réagi jeudi soir. En juin dernier, L214 avait déjà conduit une action contre un des abattoirs du groupe volailler.

(1) Fédération nationale des groupements des producteurs de lapins.