Les syndicats, organisations professionnelles et les Régions réunis au ministère le 12 avril 2017 se sont vus présenter un nouveau projet de carte des zones défavorisées simples, après la réunion du 7 mars dernier.

Trois nouveaux critères de sélection des territoires prenaient en compte l’autonomie fourragère, la polyculture-élevage et la déprise agricole. La nouvelle carte se décline en deux versions, avec la prise en compte ou non des rendements céréaliers pour exclure du zonage les zones à fort rendement.

Ces nouvelles cartes réintègrent près de 350 communes actuellement classées par rapport à la carte du 7 mars. À présent, ce sont environ 90 % des communes actuellement classées qui figurent dans ces projets de zonage.

Aucun consensus ne s’est dégagé

Aucun consensus ne s’est dégagé en faveur de l’une des deux options (téléchargez l’option 1 et l’option 2). En revanche, le ministre a indiqué être « opposé à l’introduction d’une ICHN pour les productions végétales dans le seul cadre de la réforme des zones défavorisées simples, compte tenu des implications budgétaires ».

Au sujet du budget justement, Stéphane Le Foll a ainsi clairement affirmé sa volonté que soit reportée, au niveau européen, cette réforme d’envergure, afin que les discussions, en particulier budgétaires, puissent se tenir dans le cadre plus large de la prochaine réforme de la Pac.

L’équipe de Stéphane Le Foll poursuit le travail de réflexion, mais le ministre a déjà prévenu qu’il laisserait le dossier à son successeur.

S.B.