Tout dépend de la nature du bail qui unit votre mère à cet agriculteur : s’agit-il d’un bail de petite parcelle ou d’un bail de neuf ans ?

Selon l’article L.411-3 du code rural, les parcelles dont la superficie est inférieure à un seuil fixé par arrêté préfectoral et qui ne constituent ni un corps de ferme ni une partie essentielle de l’exploitation du preneur, dites « petites parcelles », ne sont pas soumises au statut du fermage quant à leur durée et au renouvellement notamment. La durée du bail est librement fixée entre les parties. Le fermier n’a pas le droit au renouvellement de son bail et il n’est pas nécessaire de lui délivrer congé 18 mois à l’avance par exploit d’huissier. S’il s’agit d’une location verbale, le bail est censé être fait pour la durée nécessaire à la récolte, soit en principe une année culturale. Dans ce cas, un congé doit être donné six mois avant le terme par lettre recommandée avec accusé de réception. Dans votre situation, il faut donc se renseigner auprès de la chambre d’agriculture ou de la DDT (M) pour connaître le seuil applicable dans votre département.

S’il s’agit d’un bail rural de neuf ans, le statut est beaucoup plus protecteur puisque dans ce cas le fermier a un droit au renouvellement et un droit de préemption. La résiliation du bail par le propriétaire avant son terme n’est possible que pour certains motifs prévus par la loi : défaut de paiement du fermage, agissements du fermier de nature à compromettre la bonne exploitation du fonds, changement de destination agricole du bien loué.

La reprise pour exploiter par le propriétaire ne peut se faire que sous certaines conditions. Et notamment le droit de reprise ne peut pas être exercé au profit d’une personne ayant atteint, à la date prévue pour la reprise, l’âge de la retraite retenu en matière d’assurance vieillesse des exploitants agricoles. Cependant, le bailleur atteint par la limite d’âge conserve la possibilité d’exercer la reprise pour constituer une exploitation dite de subsistance. La superficie est limitée aux 2/5 de la surface minimale d’assujettissement (SMA). Vous pouvez vous renseigner à la chambre d’agriculture ou à la DDT (M) pour connaître ce seuil dans votre situation. À noter que le congé pour reprise par le propriétaire ne peut être délivré qu’au terme du bail et obligatoirement par exploit d’huissier au minimum 18 mois avant la fin du bail.